Nouvelle interview de Kristen et Olivier Assayas pour USA Today lors de la promo de 'Personal Shopper' ...

 

063_649388828

 

(Merci de créditer le blog si vous postez cette traduction ailleurs)

 

Dans 'Personal Shopper', Kristen Stewart joue son personnage le plus troublant à ce jour: le deuil psychologique illuminé d'une acheteuse de haute couture.

Oh, et avons-nous mentionné qu'elle pouvait également envoyer un SMS à son frère mort?

"Jouer [Maureen] c'était intéressant, parce que je n'avais aucun moyen de me préparer à cela. Ce n'était que le désir d'être la plus solitaire et la plus isolée que l'on puisse imaginer," déclare Stewart, 26 ans, en parlant du thriller surnaturel (dans les salles Vendredi à New York et Los Angeles, en ajoutant Boston, Chicago, Washington, San Francisco, Seattle et d'autres villes le 17 Mars, et plus généralement à travers les Etats-Unis en Avril).

Heureusement, elle est "la muse" du réalisateur français Olivier Assayas, qui a écrit le personnage de Maureen en pensant à la star de Twilight après avoir travaillé avec elle sur 'Clouds of Sils Maria' en 2014 et pour lequel elle a remportée un César.

A propos de Stewart, Assayas dit "J'étais enthousiaste à l'idée d'essayer avec elle quelque chose de différents, parce qu'elle est une actrice de grande profondeur et de subtilité. Je pensais qu'elle pouvait exprimer des choses bien au-delà de ce que nous avions fait ensemble dans 'Clouds of Sils Maria'."

Quand Maureen ne livre pas de vêtements haute couture à une superbe célébrité (Nora Van Waldstatten), elle passe ses jours à essayer d'entrer en contact spirituel avec son jumeau, Louis, mort d'une cardiopathie congénitale. Les évènements prennent un virage étrange quand elle commence à obtenir des réponses, des SMS d'un expéditeur inconnu, dont la connaissance aiguë de la vie de Maureen laisse croire qu'il s'agisse du fantôme de Louis.

Pour les longues scènes d'échanges de messages, la plupart du temps silencieuses "ma crainte était ce que cela soit ennuyeux et dégagé" dit Stewart. A la suite de la douleur accablante de Maureen "il est difficile de savoir ce qu'elle pensait à ce moment là, si elle se battait avec elle-même, avec le souvenir de son frère ou contre cette présence anonyme qui est une menace ... C'est comme "Est elle juste en train d'écrire? De se parler à elle-même? Si vous traversiez cette perte et ce traumatisme insensé, ce serait un catalyseur pour des trucs que vous n'avez jamais eu auparavant."

La sortie de 'Personal Shopper' a permis à l'actrice, qui a travaillée récemment avec Woody Allen (Café Society) et Ang Lee (Billy Lynn's Long Halftime Walk) de jouer un rôle important. En Janvier, elle a fait ses débuts de réalisatrice - un court métrage intitulé 'Come Swim' - au Sundance Film Festival et elle à présenté pour la première fois le Saturday Night Live le mois dernier.

"Cette année s'est très bien passée" dit Stewart. "J'avais évité l'idée de faire le SNL depuis des années parce que cela me semblait si intimidant et je ne pensais pas que c'était nécessairement dans mon domaie. Mais je ne pouvais plus l'éviter parce que je n'avais pas de bonne raison de ne pas le faire, autre que juste être une sal***."

 La star sans prétention a livrée l'un des monologues les plus mémorables de la saison, même ses piques au président Trump ont été éclipsés quand elle a lâcher le 'F***'.

"C'était drôle, parce que je passé par toutes les répétitions sans  jurer" se souvient Stewart. "Avant que le direct ne commence, tous le monde était genre 'Tu vas le faire bien, ce sera fini dans une heure, et s'il te plaît, s'il te plaît, ne dis pas 'F***'.' Je me suis dis 'Je vais essayer, croyez moi, mais il n'y a aucun moyen de contrôle."

"Et, bien sûr, (je l'ai dit) dans les cinq premières minutes".

 

 

Source: Team Kristen Site.