Traduction de l'interview de Kristen, Ang Lee et Steve Martin pour 'Nashville Scene' lors de la promo de 'Billy Lynn's Long Halftime Walk' ...

 

396B1E1A00000578-3840096-image-m-19_1476569277124

 

(Merci de créditez le blog si vous postez cette traduction ailleurs)

 

Journaliste: Quelle était votre motivation derrière l'invention d'un nouveau genre de langage cinématographique pour ce film?

Ang Lee: Je crois que l'art c'est ce que n'avez pas, mais nécessairement ce que vous avez. Cette compensation devient très souvent l'art lui-même. Vingt-quatre cadres par seconde a été la norme depuis près de cent ans, et nous a donné tellement de grand art et tant de grand films. Comment ose-je le défier? Mais quand il s'agit du cinéma numérique, j'ai juste envie de voir la dimension et quand je vois dimension, 24 images par seconde ne suffit pas, qui conduit à l'étape suivante. Et je sais que c'est un grand saut.

 

Pensez-vous que ce soit la prochaine étape dans l'évolution du cinéma?

AL: Je n'ai aucun intérêt pour la technologie. Mais depuis que j'ai fait 'L'odysée de Pie', j'ai vu ce que le cinéma numérique peut faire, et ce qu'il fait c'est de permettre au cinéma de se dimensionner, d'être vu de la façon dont nos yeux voient. Cela me semble être une étape logique. Je pense que c'est juste le début. Il peut faire n'importe quoi, aussi longtemps que vous savez comment le faire. Je sais que finalement je veux la réalité d'une chose, l'information. Je veux lire sur les visages, le gros plan du visage humain et les espaces dans lesquels vous les mettez - cela me touche vraiment.

 

En tant qu'acteur, comment avez-vous abordé cette toute nouvelle façon de faire un film?

Steve Martin: En rentrant, j'ai pensé "J'ai 70 ans, et je vais être tourné en haute définition, sans maquillage. Je vais être fantastique." Vous savez c'est comme prendre une photo de votre chien avec votre téléphone, et leur nez sort, et il est si mignon, parce que le nez semble presque aussi grand que leur tête. Je pensais "Je vais être en 3D, est ce que cela veut dire que mon nez va pointer dehors dans le public?" Mais je me suis préparé pour le rôle - je suis allé dans des restaurants de luxe, j'ai conduit dans des voitures exorbitante. Mais j'ai été impressionnée par l'idée de la technologie.

 

Donc, il y avait un appel à la nouveauté et il y avait du potentiel?

SM: La caméra était physiquement très belle, et je suis vite devenu accro à elle. C'est une superbe machine, et son fonctionnement est si habile. Je sentais que pouvais seulement jouer, et faire mon travail. Et il a semblé, la plupart du temps, que nous ne jouions pas vraiment. C'est devenu une expérience tout à fait naturelle. Comme un processus, c'est devenu vraiment amusant, surtout quand on travaille avec tant de gens talentueux.

 

 

Il semble que l'un des points clé du livre de Fountain, comme dans le film, c'est la façon dont chacun des personnages semblent savoir ce qu'est le concept de "soutenir le troupe" signifie ou implique. Comment avez-vous abordé cela?

Kristen Stewart: Ce que j'ai trouvé le plus intéressant à ce sujet, c'est que Kathryn (la soeur de personnage principal), qui est essentiellement pacifiste, mais qui n'exprime jamais son libéralisme d'une manière qui n'est pas humanitaire. Elle ne provoque jamais personne, et on doit reconnaître qu'un fossé s'est cresé entre elle et quelqu'un qu'elle connaît depuis toujours, et maintenant elle ne plus se sentir aussi proche de lui qu'avant, parce qu'ils sont des êtres complètement différents. Cela change une personne, quand vous ne pouvez plus garder quelqu'un assez proche de vous pour l'aimer et le réconforter autant que vous le souhaitez. Vous êtes si profondément brisé à l'intérieur que c'est quelque chose que vous ne serez pas en mesure d'extériorisez, et est-ce juste? Pouvez-vous en être fier?

 

C'est très controversée aujourd'hui dans la narration moderne: Qui peux représenter qui? Comment raconter de façon responsable l'histoire des autres?

KS: J'ai tellement plus de distance que quelqu'un qui a servi, mais j'ai toujours ce même sentiment. Puis-je avoir mes propres sentiments? Est ce que je comprends vraiment le situation? Je pense que Kathryn vient d'un endroit qui est "Comprenez ce pour quoi nous nous battons". C'est une réponse personnelle, mais elle est vraiment inquiète pour lui. Parce ce qui se passera quand sa formation s'achèvera, quans les réponses conditionnées se fanent et que vous devez être à nouveau un être humain qui ne sait pas nécessairement comment faire face à ce qui s'est passé? Et plus loin, comment pouvons-nous nous battre pour avoir mis ces gens là dans cette situation?

 

C'est un personnage différent de celui que l'on retrouve habitullement dans les histoires sur les familles de militaires.

KS: C'est la personnification du questionnement plutôt que de l'opinion.

 

Y-a-t-il l'un de vos autres films pour lequels vous auriez souhaitez avoir cette technologie?

AL: Non. Peut-être quelques coups de feu dans 'Hulk'. Il a une grosse tête, et la séparation entre ses yeux est plus grande qu'une tête humaine normale, de sorte que vous pouvez vous représenter un "humain chétif". Ca ne va pas pour tout.

 

Etes-vous préoccupé par la façon dont le public va réagir face au film, en particulier par la façon dont il sera capable de le voir?

AL: Mes yeux sont différents de vos yeux, parce que j'ai travaillé sur ce film depuis deux ans. Avant cela, il s'agissait d'une lutte de quatre ans pour entrer dans le cinéma numérique et 3D. Je pense que vous vous y habituez. Je pense qu'il peut vous permettre par bien des façons de mettre les choses en perspectives dans votre esprit, et quand vous avez de plus en plus de détails de l'image, plus d'informations, il n'est pas nécessairement écrasant. Cela devient réconfortant.

 

Source: Team Kristen Site.