The Real Kristen Stewart

01 mars 2015

Interview: Interview Magazine

Nouvelle interview de Kristen, réalisée par Patti Smith, pour 'Interview Magazine' ...

 

Kristen-Stewart-Interview-Magazine-March-2015-Issue-Editorial-Tom-Lorenzo-Site-TLO-2

 

(Merci de créditer le blog si vous postez cet article ailleurs)

 

Même en gros plan, avec ses yeux de la couleur des profondeurs de Caraibes remplissant l'écran, Kristen Stewart semble se cacher, ou du moins elle essaie. Il y a un malaise, souvent à la limite de la terreur, qui trouble ses lèvres et fronce son front, comme si elle s'était battue avec un sérum de vérité et qu'elle se savait incapable de cacher ses secrets les plus intimes. Elle semble reculer devant notre attention, se tortille face à quelque chose d'insignifiant, d'elle même. Cette tension de surface à été le point culminant des cinq films de la saga Twilight, tournant autour de Bella Swan et l'histoire d'amour entre une adolescente et un vampire, et cela à fait de Stewart une sorte d'affiche d'enfant cool à Hollywood, une crise d'adolescence. Dans ses films plus anciens comme le film comique Adventureland de Greg Mottola (2009), l'épique Into The Wild de Sean Penn (2007), la science-fiction idiote de Doug Liman Jumper (2008), tout ce chemin jusqu'au film déchirant de l'année dernière Still Alice, Stewart à montrée qu'elle pouvait jouer aussi bien de l'angoisse, de l'humour frais, de la douceur, de la bêtise et tout le reste.

Dans ses premiers rôles, joués avant qu'elle soit adolescente (The Safety of Objects, Panic Room et Cold Creek Manor), l'actrice à semblée être naturelle, être née pour ça, en fait, elle l'était. Stewart, qui a maintenant 24 ans, a grandi à LA - sur le plateaux de cinéma où ses parents travaillaient derrière la caméra à Hollywood. Dans ses meilleurs rôles, Stewart les as fait avec sincéritée, la nudité qu'elle aimerai couvrir, quelques chose de plus, quelque chose de gracieux même, elle semble avoir trouvée le moyen de faire sa propre assurance héroique. Comme Joan Jett dans The Runaways (2010), le transfert de la star de cinéma froide devenue une rock star cool et merveilleuse. Mais même dans le monde enchanté de conte de fées de Blanche-Neige et le Chasseur, la Blanche-Neige grincheuse et douce de Stewart est en place. Et jouer Marylou dans le film de Walter Salles, l'adaptation de l'oeuvre de Jack Kerouac Sur la Route (2012), la fraîcheur de Stewart devient presque tangible, une poussière magique qu'elle diffuse autour d'elle, - enchantesse et lumineuse.

Ce mois-çi dans 'Sils Maria', réalisé par Olivier Assayas, Stewart joue l'assistante personnelle d'une grande actrice accomplie jouée par Juliette Binoche, et pour sa performance Stewart à été la première actrice américaine, en 30 ans, à être nominée pour l'équivalent français d'un Oscar, le César. Le film parle en partie des coincidences existentielles et des intrusions auxquelles une actrice est confrontée dans sa vie et dans sa carrière, et de ses choses qui profite aux magazines. Et, comme Stewart le dit à son héroine, l'écrivain et chanteuse Patti Smith, elle n'est pas exactement à l'abri de ces intrusions, mais elle si fière d'ou elle est  - et elle l'est - c'est seulement grâce aux arrêts qu'elle à fait sur le chemin qui l'a menée ici.

 

Patti Smtih: Salut. Est-ce bizarre?

Kristen Stewart: C'est très, très bizarre. Tu vas faire une bonne interview, hein? C'est cool, je pense.

 

Smith: Quel âge as-tu, 24 ans? Je viens d'avoir 68 ans et je pensais à ce que je faisait à 24 ans. Je n'avais pas enregistrée Horses. Je travaillais encore dans une librairie. Je faisait des concert et j'écrivais. Mais ce que tu as déjà vécu et accompli professionnellement, c'est étonnant. Tu voulais être une actrice quand tu étais petite fille? Que voulais-tu faire alors?

Stewart: Eh bien, je me détends et je profite des avantages d'une décision que j'ai prise quand j'étais une personne à qui je pouvais m'identifier, mais je ne peut plus. Je pense que par défaut, je voulais être une actrice parce que, sur un plateau de cinéma en tant qu'enfant, la seule chose que vous voulez faire c'est d'être un acteur. Et j'ai vraiment été captivée par l'ensemble du processus. A ce moment, je voulais vraiment juste en faire partie, aller à des milliers d'endroits différents, et travailler aussi dur que le font mes parents. Mais deux parents travaillent dans le cinéma. Ils sont membres de l'équipe technique. J'aime les films, et je voulais être impliquée. J'ai vraiment eu de la chance. J'ai auditionnée un moment, puis j'ai commencée à faire des films. J'ai l'habitude de dire que j'ai toujours voulu être la plus jeune réalisatrice. Mais maintenant je dit plus 'Non, je vais attendre jusqu'a ce que je soit prête à le faire.'

 

Smith: Quand j'étais enfant, je révais de jouer Jo dans 'Les Quatre filles du Dr March'. Ou je voulais jouer Jeanne d'Arc. Je rêvais. Nous avons tous de rêve étant enfant. Tu avais la conduite et tu étais dans une position ou tu pouvais réaliser tes rêves, et sous les projecteurs. Je ne sais pas si c'était ta première expériene, mais je me souviens du film que tu as fait avec Jodie Foster [Panic Room en 2002] quand tu avais quoi, 12 ans?

Stewart: Oui, c'était mon deuxième film. C'est un long processus. Je l'ai commencé quand j'avais 10 ans et terminé quand j'en avais 11. Il est sorti quand j'avais 12 ans.

 

Smith: Wow, tu n'avait que 10 ans. J'ai vu quelques unes de tes interviews que tu as faites quand tu avais probablement 12 ans.

Stewart: Oh, ma pauvre.

 

Smith: Tu es tellement naturelle et simple. Et tout au long de tes films, tes personnages ont ce naturel et cette façon d'être. Jodie Foster l'as aussi, et je me demandai si elle t'avais influencée en tant qu'actrice, si tu appris d'elle.

Stewart: J'ai été vraiment chanceuse de travailler avec elle à un si jeune âge parce que j'ai eu des problèmes auto-persecution. Parfois les gens pensent que je prend les choses trop au sérieux et peut être que je suis trop sérieuse et ça donne l'impression que je suis meilleur qu'eux. Mais travailler avec des gens comme Jodie - nous sommes très proche. Il y a juste quelques choses quand les gens vous regardent et qu'ils disent 'Ecoute, je saiss que tu es maladroite, mais essaye juste d'être honnête.' J'aurai vraiment pu être malchanceuse et me comparé à un autre type d'actrice et être incompétente. Je ne peux pas me donner en spectacle. Je ne suis pas une artiste. Et il est difficile pour les gens d'accepter le ton sérieux d'un enfant sans pensé qu'il est coincé.

 

Smith: Aussi quand tu es du genre solitaire et simple - je sais par ma propre expérience que les gens ont toujours pensé que j'étais indifférente ou que je n'avais pas l'esprit d'équipe. Mais tu as un objectif. Tu sais ce que tu essaie de faire et tu dois jeter toutes ces choses qui font que les gens tournent autour de toi. Tu es une actrice et il y a beaucoup d'attentes, surtout à Hollywood. Mais il me semble que  tu n'agis pas comme un actrice, mais plutôt comme quelqu'un d'impliquée dans un grand nombre de différente choses, tu es curieuse de tout - comme l'écriture et la réalisation.

Stewart: C'est la chose que j'apprécie le plus. Je commence à perdre la tête si je ne travail pas sur quelque chose, comme me casser le dos sur quelque chose. Il est aussi très contre-intuitif de résumer quelque chose de si personnel, quelque chose qui touche à la vie privée. Tout d'un coup,tu l'ouvres au monde et tu le mets dans un contexte où tu pourra facilement banalisée ce que tu fait. Si les gens ressentent de l'inconfort, ils n'ont pas tord. C'est bizarre. Ce n'est pas naturel parce que, tout d'un coup, sur quelque chose de futile tu te reprend en main  et tu te dis: ' Ok je vais laisser tout le monde avec ça!'

 

Smith: Le travail.

Stewart: Oui, le travail.

 

Smith: Eh bien, notre culture à beaucoup changée. Quand j'étais enfant, tu sortais et allais voir des films. Tu savais très peu de choses sur la vie personnelle de l'acteur, sauf ce qui devait ce savoir, comme dans Photoplay ou quelque chose. On n'entendais pas parler de 'The Making Of ...' de chaque film, et les acteurs n'avais pas à mettre ce formidable morceau de travail dans un clip vidéo. Je suis une fan de films et émissions de télévision, et je n'attend rien des acteurs et actrices ou de n'importe qui, mais juste qu'ils fassent du bon travail. C'est ce qu'ils font. Je ne pense pas que je mérite de savoir ce qu'il ce passe dans leur vie personnelle, ou même ce qu'ils pensent du travail qu'ils font. Est ce que cet examen, ou l'attente te touche?

Stewart: Ce n'est pas ma façon de faire en terme de travail, jamais. Non, je me dit toujours quel type de choses je veux faire, et si je prend des décisions fondées sur mon dernier projet. Dire que je fais un grand film, une franchise sur un vampire qui tombe amoureux d'une fille normal. C'est comme si on disait: 'Maintenant, peux tu leur montrer que tu peut être une véritable actrice sérieuse?' C'est genre: 'N'en étais-je pas une, une actrice sérieuse?' [Rires]

 

Smith: Exactement. J'ai aimé ton travail dans les films. Je pense que l'engagement de chacun dans ces films est vrai. Comme Hunger Games, si tu accepte le monde dans lequel tu rentre et si les gens fournissent ce monde, c'est ce que nous recherchons.

Stewart: Correct. Je veux dire, c'est un long processus, il est donc difficile de généralisé sur ce sujet dans son ensemble. Ce n'était pas entièrement cohérent. Je le reconnait certainement. Mais l'intention est vachement pur d'une manière bizarre. Quiconque veut dire de la merde à propos de Twilight, ce que je comprend complètement, mais il y une chose qui ne changera jamais et à ce jour, putain j'en suis fière. Mon souvenir est - et toujours - aussi bon.

 

Smith: Tu devrai l'être, parce que tu as jouée un personnage que les gens voulaient voir, comme nos héros de BD préférés ou comment les filles grandissent dans 'Les quatres filles du Dr March'.

Stewart: C'est tellement ridicule pour moi de t'entendre dire ça. Tu sais, j'ai fait beaucoup à mon age, et penser que tu n'as pas commencer à être très sérieuse, que tu n'avais pas encore enregistrée un album à 24 ans ... J'ai lu 'Just Kids' et je n'ai pas encore maîtrisée quelque chose que tu te bas avec une vengeance sérieuse. C'était tellement naturel pour toi, cette volonté de te permettre d'explorer et de créer et d'être libre, de ne pas savoir où tu allais. Tu as demandée si l'une de ces conneries affecte mon travail, non je ne pense pas, mais il y a d'autres choses qui touchent entre guillemets, mon "travail". Just Kids m'as donné envie - tu sais, c'est super-romantique et ringard, mais j'ai véritablement commencée à faire de la peinture à cause de toi. J'ai commencée à croire en d'autres aspects de moi même à cause de ce livre, parce que j'étais genre 'Putian, j'aurai dû faire ça à 17 ans. J'aurai du connaître ce sentiment.' Et une chose me fait me sentire complétemet d'accod avec mon retard est le fait que tu as été influencée par tellement de personnes. Beaucoup d'artistes sont narcissique. C'est une confirmation et une affirmation sur ce dont j'ai vraiment besoin. Quelque chose m'est arrivée, et j'ai vraiment réussi quelque choses à un jeune âge, et ça te freine dans d'autres aspecte dans ta vie parce que tu sens que tu es douée et que tu veut le rester.

 

Smith: Mais le truc, c'est que tu es douée dans ce que tu fais, mais tu es jeune. Tu as beaucoup d'idées. Tu m'as laissée lire certains de tes écris - tes idées sont bonnes. J'ai eu des rêves ,comme une enfant, de ce que je voulaus faire, mais je n'ai pas eu à souffrir de l'examen dont tu fait l'objet. Ce dont j'ai souffer étant jeune c'est d'avoir été une plouc en arrivant à New York. J'étais moquée par un grand nombre de personne dans l'industrie. Même Andy Warhol pensait que j'était une plouc. J'ai rencontrée ces gens et j'ai du être forte. Je devais soit être écrasée par ces personnes ou couper mes cheveux comme Keith Richars et dire: 'Aller vous faire foutre.' Mais ce contrôle est nuisible, et la rumeur, les conneries constantes, les spectulations sur ta vie personnelle doivent être très difficile. Mais à la fin, tout cela est secondaire. Ce qui va rester dans 20 ou 30 ans - toutes ces personnes et leurs commentaires désobligeants et leurs intentions sera oubliés, mais ton travail ne cessa de croitre et tu fait un excellent travail, c'est ce qui restera dans les mémoires. Et tu n'est pas derrière tout ça. Tu n'est pas en retard. Tu as appris beaucoup de choses techniques, un grand nombre de disciplines. Et tu peut appliquer tout ce que tu appris dans un genre comme dans un autre.

Stewart: Je suis d'accord.

 

Smith: Mais je voulais te poser des questions sur cette scène dans Sils Maria, où ton personnage, Valentine, l'assistante d'une grande actice, va l'aider à répéter ses lignes. J'ai adorée cette scène parce qu'il y a des niveaux. Lorsqu'une actrice joue une actrice ou un acteur joue un acteur, ils doivent trouver un nouveau niveau. Michael Keaton dans Birdman, où il joue un acteur sur scène et où il donne la performance de sa vie. Mais [le personnage de Juliette Binoche] est en train de répéter ses lignes  - une actrice jouant une actrice - et tu la voit aller à un autre niveau, un niveau plus élévé, juste en répétant ses lignes. Pour moi, c'est fascinant. Et ton personnage est très complexe, tu es une assistante, une aide pour une actrice, sans trahir que toi, Kristen Stewart, tu es aussi une actrice.

Stewart: [rires] Oui.

 

Smith: C'était un grand boulot car ça nécessite une certaine retenue.

Stewart: Le film parle du travail, et des ravages que ce dernier peut causer, surtout si tu n'est pas quelqu'un qui peut personnellement s'identifer à ce que cela peut faire de donner tellement de soi-même. Mais elle as de l'admiration pour cette actrice. Il y a de la compassion, mais il y a une reconnaissance qu'elle sera toujours isolée. Elle lève les yeux vers elle, style: 'Tu es un génie. Il y a quelque chose sur toi qui est simplement magique et absolument indéniable et en quelque sorte intouchable, et je suis enchantée par ça. Je veux en être aussi proche que je le peux." Mais il y a une distance entre elles par laquelle elles sont obsédées, mais elles peuvent pas se rappocher. L'une est fan d'art, l'autre est une artiste. Il y a ce besoin désespéré de se comprendre l'une l'autre - c'est de l'attraction - mais en même temps, je pense que la raison pour laquelle elles sont si attirées l'une envers l'autre c'est qu'elles ne vont pas se comprendre.

 

Smith: C'est un cadeau de faire preuve d'autant de retenue. Même Bella Swan, à une tendance à être pragmatique même si elle pense qu'elle fait quelques choses de complétement ... tu sais...

Stewart: Dément.

 

Smith:[Rires] Non, elle donne tout par amour. Et elle va aussi loin que cela l'emménera. Mais cette sincérité que tu as, avec une qualité de retenue, et même un peu de détachement, cela maginfie certains aspects du personnage. Dans 'Sur la Route', Marylou était complètement naturelle. Je suis tombée amoureuse de ce personnage, j'ai adorée ce que tu fais d'elle. De nombreuses fois les gens essaierons de faire d'un personnage à l'esprit libre quelqu'un de détestable ou agressif. Et dans les années 40 et 50, une fille à l'esprit livre vivait toujours avec le contexte de son monde, un monde d'homme. Mais elle illumine l'ecran, dansant, même quand elle est larguée.

Stewart: Merci.C'était probablement le personnage le plus difficile à jouer pour moi, de simplement se laisser aller et montrer un peu d'exubérance.

 

Smith: Tu es la personne la plus exubérante. Même avec tous les personnages légendaires que tu as jouée, cette fille est celle qui se démarque.

Kristen: Eh bien, elle était probablement la seule personne qui considère Kerouac comme un égal. Beaucoup de gens avec lesquels nous avons parlés et qui les connaissaient, biographes et autres, disaient qu'elle était certainement la version la plus pure de [l'idéal de l'esprit livre de la génération Beats] car elle n'avait aucune attente. Personne ne la connaissait. Personne ne se souciait d'elle. Elle était donc capable de rester dans le mode qui as inspiré le livre.

 

Smith: J'aime beaucoup. Qu'as tu en réserve et qui va sortir?

Stewart: J'ai eu récemment une super expérience sur le tournage d'Equals grâce à Drake Doremus, qui a réalisé le film. Il travail en dehors d'un plan, et c'était le premier film qu'il a fait avec un scénario car c'était un concept assez élevé et avec un budget plus important qu'auquel il est était habitué, donc c'était une démarche necessaire. Mais il m'as semblé qu'en quelque sort nous élaborions les choses ensemble - Nick [Hoult], Drake et moi. De nombreux réalisateurs parlent de la façon dont nous allons découvrir les choses ensemble, et de l'aspect méditatif de tout ça, que nous trouverons pourquoi nous sommes là qu'a la fin, et qu'ils répondraient à toutes nos questions mais quand arrive le cinquième jour, les logisticiens arrivent et qu'ils sont pris à la gorge en disant "Okay! En fait, nous allons juste faire ça comme ça!". Le processus de fabrications d'un film passse avant tout et vous devez planifiez la spontanéité, ce qui est évidemment contradictoire. Donc la plupart du temps, vous devez vous mettre d'accord pour remplir les blancs. Pour Equals, il n'y avait aucune attente. Un jour, nous n'avions pas fini une scène,mais on le sentais pas, nous n'étions pas dans la bonne humeur pour tourner ça. Nous l'avons donc reporté. A aucun moment ne nous remplissons les blancs par un mensonge. Que le film soit génial ou pas, je ne me suis jamais sentie aussi libre sur un tournage. Et  c'est à ce moment là que tu devient meilleur.

 

Smith: A n'importe quel moment quand on montes sur scène pour faire un concert, nous voulons bien sûr trasmettre aux gens le message le plus important possible. Cela passe parfois par des blagues stupides et parfois cela passe par des improvisation transcendante ou quelques chose de très simple. La clé de tout ça c'est un moment d'humanité. Et pour atteindre ce moment avec un film, comme tu le dis, avec tellement de préparation, tu dois préparer la spontanéité.

Stewart: C'est tellement rare.

 

Smith: Mais c'est son propre cadeau. J'ai des amis qui sont acteurs. Je les ai regardés travailler. Et je dirai que de tous les arts, celui d'acteur est le plus éreintant et ingrat. Ne t'excuse jamais pour ton travail. Si les gens n'acceptent pas la saga Twilight, pour ce qu'elle est, et bien, emmerde les. Des millions de personnes l'ont aimée. Ca leur a donné quelque chose. Ca parle d'amour et d'honneur. Et le métier d'acteur est vraiment un métier difficile. Ce n'est pas un travail romantique. J'ai observé les heures de maquillage, les heures d'attentes autour des lumières, ou parce que tu as perdu ta lumière, ou qu'il commence à pleuvoir, ou n'importe quoi d'autres. Et tu te sens comme une merde ou si tu as une migraine mais que tu dois travailler douze ou treize heures par jour.

Stewart: C'est marrant, parce que c'est toute cette merde que j'aime le plus. [rires] J'aime ce sentiment, celui d'être assise sur le plateau et d'être genre: "Oh merde, il reste encore quatre p***** d'heures avant qu'on puisse partir et faire ce qu'on prévu de faire depuis quatre mois".

 

Smith: Tu es comme le personnage de Robert Duval dans 'Apocalypse Now'. "J'adore l'odeur de Napalm dès le matin."

Stewart: Oui! Exactement.

 

Smith: Je suis pareil. Genre, neuf mecs dans un bus de tournée, un trajet de douze/treize heures jusqu'à Portland et il n'y a rien à manger, et tu arrive en ville et là tout est fermé et c'est juste ... J'adore ça.

Stewart: Je sais.

 

Smith: Mais c'est épuisant. Les gens pensent qu'une personne vie une vie romantique mais elle as des aspects militaires. Alors qu'est ce que tu fais en ce moment? Que fais tu pour toi?

Stewart: J'ai écrit un poème pour le mariage d'une de mes meilleures amies. Et bizarrement ça m'as pris beaucoup de moi. J'essaye de développer un peu plus le don de mes mains, car tout ce que je fais en terme de production est toujours plus cérébral. Donc j'ai fait quelques peintures. J'essaye aussi de trouver une équipe, car je veux vraiment commencer à faire mes propres films. J'ai juste besoin de trouver mes gars. J'ai besoin de trouver un directeur de la photographie, avant tout choses. J'ai quelques producteurs qui m'aident pour ça. Tu as lu mon court-métrage.

 

Smith: Je l'ai beaucoup aimé. J'ai aimé l'écriture. C'était en quelque sorte un long poème en prose.

Stewart: Avec un peu de chance, on aura le même sentiment avec le film.

 

Smith: Un jour, tu va montrer ton travail aux gens et tu vas espèrer qu'ils vont le comprendre et qu'ils vont bien l'accueillir, mais ne soit pas trop dure envers toi-même.

Stewart: Okay. Je vais définitivement me souvenir de ça.

 

Smith: Ne laisse pas les conversations des autres sur ce que tu fait ou ce que tu as fait, faire partie de ta propre conversation. Tu as dit quelque chose de super cool dans l'émission de Seth Meyers.

Stewart: [Rires] Oh mon dieu. Tu as fait tes propres recherches. C'est trop mignon.

 

Smith: Je n'ai pas fait tant de recherche. J'étais sur la route et quand j'ai allumée ma TV, tu es apparu, donc je t'ai regardée. Et tout d'abord, je ne suis pas comment tu peux marcher avec ces chaussure parce que moi je suis trop maladroite.

Stewart: Mec, je faire ça pendant à peu près trois minutes.

 

Smith: [Rires] Mais il t'as posée des questions sur la saga Twilight et tu as répondu que c'était une grande partie de ta ligne directrice - tu t'en souviens?

Stewart: Oui. Il y a une ligne directrice. Les gens sont toujours en train de comparés. Genre ils comparent Twilight à d'autres choses, et ils essayent de trouver pourquoi j'ai fait ce que ce j'ai fait, et je dois toujours dire que chaque moment m'as amené là où j'en suis et à qui je suis aujourd'hui. Chaque film que j'ai fait, ils n'ont pas de position indépendante les uns par rapport aux autres, car j'ai mis un peu de moi dans chacuns d'eux, et ça fait partie de mon propre développement. Je ne pense pas qu'il puisse y avoir de cachettes. Si vous faites du bon travail, vous montrer une part de vous même à quelqu'un, donc je ne peux pas dire que Twilight n'as rien à voir avec Still Alice ou Sils Maria. Ils ont tout à voir les uns avec les autres. Ils sont qui je suis.

 

Smith: J'aime ça, la ligne directrice. Car il y a certains travaux que les gens aiment et d'autres pour lesquels tu te fera piétiner. Je sais ce que c'est - d'être glorifer un mois, et ensuite quelques mois plus tard, tu fera quelque chose et ils vont agir comme si ...

Stewart: Tu les as laissé tomber.

 

Smith: Ou que tu as complétement changé de couleur ou quelque choses d'autres. Et tu explores. Comme disait Walt Whitman, nous contenons de multiples choses. Et un acteur donne une voix à toutes ces multitudes que nous avons tous en nous. C'est pourquoi nous aimons les films, pourquoi nous aimons nosséries ou émissions TV: nous regardons différentes personnes faire les portraits d'un aspect de nous-même, peut être même d'un que l'on n'aime moins. Et nous devons faire tout le travail que nous faison pour arriver au moment ou nous faisons le travail que nous faisons. Cette seconde. Et le moment ou tu travail que tu fera dans le futur. Il n'y a rien à regretter. Le regret est inutile. Chaques choses que nous faison noous informe. C'est simplement que je suis à tes côtés mais loin.

 

Posté par BelliBells à 22:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


28 février 2015

Nouveau projet pour Kristen

C'est l'information de la journée! Kristen à signée pour un nouveau film, un projet de Kelly Reichardt ...

 

kristen-stewart-twihard-central-34714215-2744-3840

 

(Merci de créditer le blog si vous poster cet article ailleurs)

 

Kristen Stewart rejoint Michelle Williams (Dawson) et Laura Dern (Nos Etoiles Contraires) dans le drame indépendant de Kelly Reichardt. Ecrit et réalisé par Reichardt, le film tourne autour de la vie des personnes d'une petite ville du Montana.

Stewart jouera une jeune avocate de Boise qui prend un poste d'enseignante à domicile. Malgré ses craintes, elle sera determinée à se prouver à elle-même qu'elle peut le faire. Peu après avoir pris son poste Beth va développée une étroite amitié avec Jamie, une femme de la ville qui sera chargée de l'évaluer en tant qu'enseignante. James Le Gros et Jared Harris (Mad Men) ont également été approchés pour tournés dans le film, qui sera produit par Neil Kopp et Anosh Savjani. Il sera tournée à Big Sky.

Le site Deadline annonce que le tournage pourrai commencé le 2 Mars 

Kelly Reichardt à récemment tounée 'Night Moves' avec Jesse Eisenberg et Dakota Fanning.

 

Source: KstewartNews

Posté par BelliBells à 17:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 février 2015

Scans Magazine - US

Scans du magazine US 'Interview Magazine' ...

 

cf0335393049086 e5bc1a393049137

 

imagebam.com 

imagebam.com

imagebam.com

imagebam.com

imagebam.com

 

 

Source: KstewartFans

Posté par BelliBells à 16:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

American Ultra: Vers une date de sortie?

Max Landis à répondu à une fan sur Twitter et espére qu'American Ultra sortira d'ici à Octobre ...

 

american ultra

 

 

 

Source: LaSagaRobsten

Posté par BelliBells à 16:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Photoshoot 2015: Portrait des Césars

Photoshoot 2015

 

Portrait des Césars - Février

 

B-jPN9uCIAA30TL

B-jPN9uCIAA30TL B-niIKPWoAAVNzY

 

 

Source: KstewartNews

Posté par BelliBells à 16:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :



Photoshoot 2014: Interview Magazine

Photoshoot 2014

 

Interview Magazine - Juillet 

 

UHQ

 

KSF-IMR092014

 

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

 

¤¤¤

HQ

diariotwilight (4)

¤¤¤

No Scans

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

 

BFCAnIf

¤¤¤

Scans  

 

kristen-stewart-interview-germany-2014 tumblr_nak3264Sji1rs1mryo1_500 o9caKM9 (1)

 ¤¤¤

Behind The Scènes:

wsAJDI9 (1)

 

 

Source: LaSagaRobsten & DiarioTwilight

Posté par BelliBells à 16:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

23 février 2015

Sur le tournage de Still Alice

Nouvelle/Ancienne photo de Kristen et Julianne Moore sur le tournage de 'Still Alice' ...

 

10995148_438900499609105_496385991_n

 

 

Source: KstewartNews

Posté par BelliBells à 20:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 février 2015

Interview: Wonderland

Nouvelle interview de Kristen pour 'Wonderland' ...

 

004

 

(Merci de créditer le blog si vous postez cette traduction ailleurs)

 

C'était la Saint-Sylvestre, quand j'ai reçu un appel d'Hedi Slimane pour me dire qu'il aimerait Kristen Stewart pour notre couverture de Février. Le mois commencait bien, les choses devenaient réalitée et le tournage à eu lieu deux jours plus tard. L'ex enfant star devenue star d'Hollywood. Kristen et le directeur de la création chez Saint Laurent, Hedi Slimance - deux des îcones les plus pertinentes et passionnantes du monde de la mode et du cinéma - ont passé l'après-midi ensemble à Los Angeles et les résultats parlent d'eux mêmes. Interviewé par la chroniqueuse de Vogue Karley Sciortino, Kristen parle de grandir sous les projecteurs, de s'essayer à la coméidie et d'apprendre à "perdre" avec Julianne Moore.

De toutes les actrices à Hollywood, Kristen Stewart est tout simplement la plus cool. Avec ses cheveux courts et de son look décontracté de garçon manqué, elle est l'une des béauté androgyne les plus frappante. Elle est comme cette fille de l'école que vous admirée pour son mystère et sa confiance tranquille, et qui vous donne envie de la détestée pour sa capacité à faire d'un pantalon de survêtement quelque chose d'élégant. Stewart est nettement différente des autres actrices de son âge - elle n'est sur aucun médias sociaux, pas de selfies,  aucun paparazzi ne l'as photographira à la sortie d'une discothèque. Elle est plus sobre que ça,  une qualité pour une actrice, dans sa personnalité mais aussi dans son jeu. Elle est subtile. Elle n'exagère pas. Avec Stewart, tout est à l'intérieur. Tout est dans le regard, ces yeux verts percants qui sont à la fois doux, sauvage et menacant.

Stewart avait tout juste 17 ans quand elle à interprêtée Bella Swan dans Twilight, la saga vampirique romantique qui à fait d'elle une superstar internationale, et elle à prouvée qu'elle pouvait jouer dans un film qui à rapporté plusieurs milliard de dollars. Mais elle n'est contre l'idée de sortir des sentiers battus. Au cours des deux années qui ont suivis la saga Twilight, elle à tournée dans une superproduction hollywoodienne, puis elle est devenue la reine des films indépendants avec son rôle dans Camp X-Ray qui as été acclamé par la critique, Sils Maria, ou encore Still Alice. Et avec ce trio de film éclectique qui sortiront en 2015, il n'y aura pas de pause pour Stewart. Elle est agîtée et imprévisible, comme tout bon rebelle doit l'être.

Nous l'avons rencontrée un lundi après midi au Café Figaro, un endroit pour déjeuner dans le quartier de Loz Feliz à LA. Elle est décontractée dans un t-shirt déchiré, un pantalon large et son maquillage de la veille. Elle a une poignée de main ferme. Stewart à grandi à Los Angeles, fille de parents dans l'industrie cinématographique. Mais ce n'était pas l'enfance glamour hollywoodienne que vous pouvez imaginer. Sa maison était dans la vallée de San Fernando - connu pour sa chaleur, ses studios porno et pour un certain type de jeune fille qui passe beaucoup de temps au centre commercial et qui parle avec une voix haut perchée. Sa mère est scénariste et son père régisseur, mais Stewart est catégorique: ses parents ne l'ont jamais poussée à monter sur scène. "Mes parents étaient tout les deux assez choqués par mon intéret pour le métier d'actrice, parce que je n'étais pas le type d'enfant acteur." dit elle. "Ils m'ont rapidement fait comprendre l'improbalité de devenir une actrice à succès." Elle se souvent de sa première année d'audition comme étant désastreuse. "Tout le monde pensait que je ressemblait à un garçon." rit elle. Mais ses parents ont acceptés de continuer à la trimballé d'auditions en auditions, principalement en raison de l'intéret croissant de leur fille pour découvrir le processus de la cinématographie. "J'ai essentiellement grandis sur un plateau de cinéma", dit elle. "Et j'ai adorée être dans cet environnement."

Stewart décroche son premier rôle au cinéma à l'age de neuf ans, en jouant un garçon manqué dans le film The Safety of Objects de Rose Troche. Son grand rôle est survenu quelques années plus tard, quand, à l'age de onze ans, elle est choisie pour jouer aux cotés de Jodie Foster dans le thriller de David Fincher, Panic Room, c'était en 2002 - encore une fois, en jouant le rôle d'un garçon manqué. C'était un vrai rôele dans sa propre vie. Alors qu'elle n'était qu'une adolescente, les autres se moquaient d'elle parce qu'elle portait les vêtements de son frère, qu'elle ne se rasait pas les jambes, parce que fondamentalement elle refusait d'être une fille typique de la vallée. A quatorze ans, elle quitte l'école et opte pour l'enseignement à domicile. "Mon enfance à été très bohème." se souvient elle. "J'étais bien à l'école mais je n'ai jamais ressenti de pression spécifique. J'ai toujours été autorisée à trouver mes propres intêret et à les poursuivre."

Cette nature libre a visiblement influencé la façon dont elle choisit ses films. Elle a dit à plusieurs reprise que son approche dans le choix de ses rôles est intuitive, pas pragmatique - qu'elle "a juste besoin de le sentir, laisser le script me frapper et me détruire." Pourtant à seulement 24 ans, son travail est varié,  elle as prouvée à la fois sa gamme d'actrice et sa volonté de prendre des risques. Pour n'en citer que quelques-uns: il y a Into the Wild de Sean Penn, Sur la route l'adaptation cinématographique de l'oeuvre de Jack Kerouac, The Runaways dans lequel elle incarne Joan Jett, son rôle de Blanche-Neige dans le blockbuster hollywoodien Blanche-Neige et le Chasseur, et sa performance, l'année dernière, dans le rôle d'un soldat à Guantanamo Bay, dans Camp X-Ray de Peter Sattler. Stewart sera la première à vous dire qu'elle as "totalement une putain de chance" d'avoir eu l'occasion de jouée une telle variété de rôle intéressant et complexe, car elle sait que ces rôles sont limités dans l'industrie.

Au cours des dernières années, les rôles pour les femmes à Hollywood - où plus précisement l'absence de rôle - est devenu un sujet brûlant. Ce n'est pas un secret les femmes sont largement sous-représentées dans le cinéma et la télévision, à la fois sur l'écran et dans les coulisses. Lors de la Cérémonie des Oscars en 2014, Cate Blanchett à utiliser son discours de remerciement pour lancer un appel pour plus de premiers rôles pour les femmes, critiquant ceux qui au sein de l'industrie se sont "toujours follement raccrocher à l'idée que les films avec des rôles principaux féminins sont une expérience rare." Sur une note plus optimiste Maggie Gyllenhaal, tout en acceptant un prix lors des Golden Globes le mois dernier, a commentée ce qu'elle ressentait comme une richesse croissante de rôles intéressants pour les actrices, qu'elle jugeait "révolutionnaite et évolutif". Je me demande si Stewart, qui est dans le cinéma depuis 15 ans, estime qu'Hollywood commence à expier la pénurie historique de rôles féminins complexes.

"Il est impossible de nier que les bons projets pour les femmes se dressent comme des roches de silex sur une terre sèche." dit Stewart. "C'est vrai pour les femmes de ma tranche d'âge, c'est pourquoi nous nous jetons aussi voracement sur ces projets. Je pense que les femmes ont toujours dû se battre un peu plus difficilement, et je ne pense pas que cela va change de sitôt. Mais je pense que Maggie à raison, et que les choses avancent". Malgré le fait que de plus en plus de cinéphiles soient des femmes, elle note, qu'un homme conduit à dominé l'écran, parce que les studios et les producteurs pensent être "sûr". C'est une idée tellement archaique. "Nous vendons du petit à notre public", poursuit elle. "Aujourd'hui, les films sont financés presque exclusivement par crainte systématique du style, 'Ok, ce projet va m'assuré un salaire', ou 'avec ce film je suis sûre de récupéré mon argent", basé sur une équation crée par une recherche scientifique. Ils ne prennent aucuns riques. Et c'est tellement cliché à dire, mais pour vraiment faire de grandes choses, nous avons besoin de prendre des risques."

 Le visage de Stewart se crispe un peu, elle réflechit avec soin, sans doute au courant que ces mots pourraient facilement être déviés de son contexte, et passer pour une ingrate. "C'est stupide de vouloir jouer l'avocat du diable quand on as une conversation sur les rôles féminins à Hollywood, parce que vous faites ce truc de 'féminisme inversé' qui est devenu étrangement à la mode ces derniers temps. Je sens que certaines filles de mon âge sont moins enclines à en parlée. 'Bien sûre, je suis féministe, et bien sûr je crois en l'égalité des droits entre hommes et femmes' car il y a les implications qui vont de pair avec le mot féministe donc on pense qu'elles sont trop directives ou agressives. Beaucoup de filles d'aujourd'hui sont 'Euh, je suis ne suis pas comme ça'. Ils ne comprennent pas qu'ils n'y a pas de raisons particulière qui vous oblige à vous tenir debout pour toutes les choses que le féminisme défend". Elle crédit le rebond féministe à ce qui est finalement un manque de connaissances sur le sujet - une question qui as également été abordée par Emma Watson dans son récent discours à l'ONU à propos de l'égalité des sexe et du féminisme. "C'est vraiment bien ce qu'elle as fait" dit Stewart de Watson. "C'est une dure à cuire."

Stewart vit sa vie sous un microscope. Alors que c'est vrai pour beaucoup de célébrités, cela est intensifié lorsque vous êtes à la tête d'une grand franchise et l'une des actrices les mieux payées à Hollywood. Dernièrement, il y a eu beaucoup de spéculations sur sa sexualité, qui semblent être fondées uniquement sur la présence de tenue jeans t-shirt plutôt que de micro-robe moulante, et le fait qu'elle est parfois aux côtés de ses amies - c'est très scandaleux.

"Votre vie vient cette émission de télé diffusée pour la consommation publique." dit elle. "J'ai probablement été suivie ici, ils vont photographier chaque expression que je fait et se demander ce que cela signifie, puis c'est l'émission qui va être diffusé ce soir. Et parfois, ils attrapent quelques chose de vrai, mais souvent c'est enracinée dans une pure faussetés." Son attitude rebelle, et son détournement de la norme d'Hollywood ne font qu'alimenter le moulin à rumeurs sur sa vie privée, qui est toujours suivi et disséquée depuis qu'elle as 17 ans. Le microscope de la célébrité laisse peu de place aux essais et  les tribulations de la découverte de soi - sans contrôle, que ce soit professionnellement, personnellement, sexuellement ou esthétiquement. Ceux qui sont devenu célèbre à l’adolescence le savent mieux que quiconque.

Il a été dit à de nombreuses reprises que Stewart était mal à l'aise sous le feu des projecteurs, qu'elle est maladroite ou visiblement anxieuse au cours des interviews, qu'elle se renfrogne sur le tapis rouge. Mais lors de cette observation il faut considérer que la star a l'aise sous les projecteur c'est Kim Kardashian. Certes, la plupart des artistes souffrent un peu de la comparaison. Pour moi, Stewart semble parfaitement heureuse et capable de tenir son rôle d'actrice et de star hollywoodienne. Mais il y a une différence entre être heureuse et crédible, et d'avoir la gloire, et aujourd'hui nous sommes moins perplexe par cette dernière. "Les gens ont du mal à acceptés quand quelqu'un affiche le moindre signe d'inconfort" dit elle. "Vous êtes censé vous imprégnée de chaque parcelle de la renommée comme si c'était le soleil. Mais je crois que ce qui est véritablement effrayent que la célébrité soit évaluée de manière si élevée, même au-dessus du bonheur. J'aime faire des films, mais je ne fais pas mon travail pour être une célébrité."

Malgré la fausseté de la rumeur, Stewart a continuée à être elle-même de manière agressive et sans fausse excuse - quelques chose que ses fans et ses partenaires ont parfaitement compris. Il est évident que c'est son style nonchalant et son sex appeal, qui l'as conduite à être le visage des parfums de Balenciaga et d'une campagne de publicité pour Chanel en 2014.

"Grâce à mon association par défaut avec la mode, j'ai passé du temps dans ce monde magique avec certaines des pires personnes que j'ai jamais rencontrée, ainsi que les plus intéressantes et les plus naturelles." rit elle. "Dans la mode, les bons s'en sortent. Chanel à été très conscient de travailler avec des gens qui les intéressent, ils sont orientés vers la famille. Quand j'étais plus jeune, cela m'a fait me sentir à l'aise dans un monde qui était inconfortable pour moi."

Cette année on verront Stewart dans trois nouveaux films, y compris Equals, une histoire d'amour futuriste avec Nicholas Hoult, et la comédie Américan Ultra, dans lequel elle joue aux côtés de Jesse Eisenberg (qui était aussi sa co-star dans Adventureland en 2009). "C'est comme The Bourne Identity (Trad: La Mémoire dans la peau) pour toute personne qui a aimé Aventureland" dit elle d'American Ultra. Avec une filmographie aussi diverse c'est son premier rôle vraiment comique, et on peut dire qu'elle est nerveuse à ce sujet. "J'espère que je suis drôle" dit elle avec une candeur attachante. "J'espère que je complète Jesse, parce qu'il est hystérique. Mais je prend tout au sérieux!" rit elle. "Je ne sais pas ... mes amis pensent que je suis drôle, mais si Emma Stone jouait le rôle, elle serai foutrement hilarante." Ce n'est pas souvent que vous rencontrez une actrice d'Hollywood assez humble pour comparée les talents de l'un de ses pais au sien. Mais c'est commun a Stewart. Elle parle ouvertement de ses défauts et de ses craintes, en particuliers quand il s'agit des papillons qu'elle ressent à propos de son prochain exercice: la réalisation.

Stewart sait que sa notoriété en tant qu'actrice sera à la fois une bénédictton et une malédiction quand elle passera derrière la caméra - un public à des attentes. Mais pour le moment, elle écrit beaucoup, et fait des projets. "J'ai écrit un court métrage, j'en suis fière. C'est plus abstrait que super narratif, c'est comme un poème. Il s'agit de l'eau. Les gens se demandent, mais je veux jouer en premier. Je veux avoir de l'expérience." C'est une grande fan de John Cassavetes, qui fut un pionnier du cinéma d'improvisation et de vérité. Stewart parle de son style de cinéma comme d'une influence "Je pense que la première chose que je vais faire prendra vie dans les passages à vide."

Lorsqu'on l'interroge sur les acteurs qu'elle suivait, elle répond immédiatement Gena Rowlands, la femme de Cassavetes et collaboratrice de longue date. "Gena Rowlands déchire" dit elle. "Mais, vous savez, c'est une réponse évidente." D'autres influences incluent Catherine Keener et Julianne Moore qui joue la mère de Stewart dans 'Still Alice' qui sort ce printemps.

"Elle est tellement cool, elle flotte justement" dit Stewart de Moore. "Travailler avec Julianne m'as fait me sentir mieux dans ma façon d'aborder le jeu d'acteur, qui peut être très technique. Je suis tellement intéressée par le processus pour faire des films que je ne peux pas être un de ces acteurs qui est totalement 'perdu' et qui ne sait pas où ce trouve la caméra. Je sais toujours ces putains de choses. Je suis l'actrice la plus ennuyeuse, toujours à dire, 'Tu sais, tu devrai te reculée pendant la prise'. Julianne est indéniablement talentueuse, mais elle est encore un peu une chirurgienne. Alors, elle m'as fait me sentir comme si n'avait pas autant à 'perdre' que d'autres acteurs, et c'est ok."

Cet esprit technique et visuel lui sera sans aucun doute utile quand elle passera derrière la caméra. Mais en dépit d'être contrôlée, Stewart refuse d'être lié. "Les meilleures expériences de films que j'ai eu ont été ceux où nous essayont de tous trouver quelques chose, mais où nous n'étions pas sûre de ce que c'était. Vous vous donnez du temps pour méditer et à la fin vous réalisez pourquoi tout le monde est lié. Je ne veux pas savoir exactement là où je vais, je veux juste y aller."

 

 

Source texte: It's Oke To Be You.

Posté par BelliBells à 22:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Julianne Moore parle de Kristen

Dans une nouvelle interview Julianne Moore parle de Kristen ...

 

 

 

Source: LaSagaRobsten

Posté par BelliBells à 18:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Interview: Still Alice

Nouvelle/Ancienne interview de Kristen sur le tournage de 'Still Alice' ...

 

 

 

Source: KstewartNews

Posté par BelliBells à 18:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Look 2015: Chanel & Charles Finch dîner des pré-Oscars

Hier Kristen était invitée au dîner des pré-Oscars de Chanel & Charles Finch ... Voici les détails de son look:

 

e359cd392136240

 

 

¤ Robe: Chanel Couture Eté 2015

¤ Chaussures: 'Just On' Christian Louboutin 

Posté par BelliBells à 18:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Apparence 2015: Chanel & Charles Finch diner des pré-Oscars

Apparence 2015

 

Chanet & Charles Finch dîner des pré-Oscars - 21 Février

KSTEWARTFANS022115C1-1

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

 

¤¤¤

Photos de médias

 

imagebam.com imagebam.com

 

¤¤¤

Photos de fans

 

imagebam.com imagebam.com

 

Source: KstewartNews

Posté par BelliBells à 18:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

21 février 2015

Photoshoot 2015: Chanel Collection de sac à main

Photoshoot 2015

 

Chanel Nouvelle Colletion de sac à main 

 

WF1n5wd

 

 

Source: KstewartNews

Posté par BelliBells à 15:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

40ème cérémonie des Césars - le Palmarès complet

La 40ème cérémonie des Césars c'était hier soir à Paris. Pour celles et ceux qui n'ont pas pu suivre l'événement voici le palmarès complet de la soirée ...

 

576046

 

¤ Meilleur acteur :


Guillaume Canet (La prochaine fois je viserai le cœur)
Niels Arelstrup (Diplomatie)
François Damiens (La famille Bélier)
Romain Duris (Une nouvelle amie)
Pierre Niney (Yves Saint Laurent)
Gaspard Ulliel (Saint Laurent)

 

¤Meilleure actrice :


Juliette Binoche (Sils Maria)
Marion Cotillard (Deux jours, une nuit)
Catherine Deneuve (Dans la cour)
Emilie Dequenne (Pas son genre)
Adèle Haenel (Les combattants)
Sandrine Kiberlain (Elle l'adore)
Karin Viard (La Famille Bélier)

 

¤ Meilleur film :


Les Combattants
Eastern boys
La famille Bélier
Hippocrate
Saint Laurent
Sils maria
Timbuktu

 

¤ Meilleur réalisateur :
Céline Sciamma (Bande de filles)
Thomas Cailley (Les combattants)
Robin Campillo (Eastern Boys)
Thomas Lilti (Hippocrate)
Bertrand Bonello (Saint Laurent)
Olivier Assayas (Sils Maria)
Abderrahmane Sissako (Timbuktu)

 

¤ Meilleure adaptation :
La chambre bleue
Diplomatie
Pas son genre
Lulu femme nue
La prochaine fois je viserai le cœur

 

¤ Meilleur film étranger :
12 years a slave
Boyhood
Deux jours, une nuit, Frère
Ida
Mommy
The Grand Budapest Hotel
Winter Sleep

 

¤ Meilleur second rôle féminin :
Marianne Denicourt (Hippocrate)
Claude Gensac (Lulu femme nue)
Izia Higelin (Samba)
Charlotte Le Bon (Yves Saint Laurent)
Kristen Stewart (Sils Maria)

 

¤Meilleur espoir féminin :


Lou de Laage (Respire)
Louane Emera (La Famille Bélier)
Josephine Japy (Respire)
Ariane Labed (Fidélio)
Karidja Touré (Bande de filles)

 

¤Meilleur espoir masculin :


 Kévin Azaïs (Les combattants)
 Ahmed Dramé (Les héritiers)
 Maxim Emelyanov (The Search)
 Pierre Rochefort (Un beau dimanche)
 Marc Zinga (Qu'Allah bénisse la France)

 

¤ Meilleur premier film :
 Les combattants
 Elle l'adore
 Fidelio
 Party girl
 Qu'Allah bénisse la France

 

¤Meilleur second rôle masculin :


 Eric Elmosnino (La famille Bélier)
 Guillaume Gallienne (Yves Saint Laurent)
 Louis Garrel (Saint Laurent)
 Reda Kateb (Hippocrate)
 Jérémie Renier (Saint Laurent)

 

¤Meilleur Son : 


 Pierre André, Daniel Sobrino pour Bande de Filles
 Jean-Jacques Ferran, Nicolas Moreau, Jean-Pierre Laforce pour Bird People
 Jean-Luc Audy, Guillaume Bouchateau, Niels Barletta pour Les combattants
 Nicolas Cantin, Nicolas Moreau, Jean-Pierre Laforce pour Saint Laurent.
 Philippe Welsh, Roman Dymny, Thierry Delor pour Timbuktu

 

¤Meilleure photographie:

Christophe Beaucarne pour La Belle et la Bête

 Josée Deshaies pour Saint Laurent 
 Yorick Le Saux pour Sils Maria
 Sofian El Fani pour Timbuktu
 Thomas Hardmeier pour Yves Saint Laurent

 

¤Meilleure Musique Originale


 Jean-Baptiste de Laubier pour Bande de Filles
 Béatrice Thiriet pour Bird People
 Lionel Flairs, Benoît Rault, Philippe Deshaies pour le groupe HiTnRuN pour Les Combattants
 Amine Bouhafa pour Timbuktu
 Ibrahim Maalouf pour Yves Saint Laurent

 

¤Meilleurs Costumes


 Pierre-Yves Gayraud pour La belle et la Bête
 Carine Sarfati pour la French 
 Anaïs Romand pour Saint Laurent
 Pascaline Chavanne pour Une Nouvelle Amie
 Madeline Fontaine pour Yves Saint Laurent

 

¤Meilleurs Décors


 Thierry Flamand pour La belle et la bête
 Jean-Philippe Moreaux pour La French
 Katia Wyszkop pour Saint Laurent
 Sebastian Birchler pour Timbuktu
 Aline Bonetto pour Yves Saint Laurent

 

¤Meilleur Montage

Lilian Corbeille pour Les Combattants
 Christel Dewynter pour Hippocrate
 Frédéric Baillehaiche pour Party Girl
 Fabrice Rouaud pour Saint Laurent
Nadia Ben Rachid pour Timbuktu 

 

¤Meilleur Film Documentaire

Caricaturiste, fantassins de la démocratie réalisé par Stéphanie Valloatto
 Les chèvres de ma mère de Sophie Audier
 La Cour de Babel réalisé Julie Bertuccelli
 National Gallery réalisé par Frederick Wiseman
 Le Sel de la Terre réalisé par Wim Wenders, Juliano Ribeiro Salgado

 

¤Meilleur Film de Court Métrage

Aïssa réalisé par Clément Tréhin-Lalanne
 La Femme de Rio réalisé par Emma Luchini, Nicolas Rey
 Inupiluk par Sébastien Betbeder
 Les Jours d'avant réalisé par Karim Moussaoui
 Où je mets ma pudeur réalisé par Sébastien Bailly
 La virée à Paname réalisé par Carine May, Hakim Zouhani

 

¤Meilleur film d'animation :

Le chant de la mer
 Jack et la mécanique du cœur
 Minuscule (long-métrage)

 

César d'honneur : Sean Penn

 

 

 

Posté par BelliBells à 10:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

40ème Cérémonie des Césars - Vidéos

Retrouvez ici tout les vidéos de Kristen lors de la 40ème Cérémonie des Césars ...

 

 

kristen-stewart-devient-la-premiere-actrice

 

 

Sur le tapis rouge:

 

¤¤¤

Interviews:

 

Canal +


KSF par romaniankrisbian

 

 

 

Sur scène:

 

 

Source: KstewartNews

Posté par BelliBells à 10:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Apparence 2015: 40ème Cérémonie des Césars

Apparence 2015

 

40ème Cérémonie des Césars - 20 Février 

 

 

 Tapis rouge et Photocall

Kstewartfans (5) KSTEWARTFANSCA15-1 (7)

 

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com 

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com 

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com 

imagebam.com imagebam.com imagebam.com 

imagebam.com imagebam.com imagebam.com

 imagebam.com imagebam.com 

 

¤¤¤ 

 

Dans la salle

imagebam.com imagebam.com 

imagebam.com imagebam.com imagebam.com

¤¤¤

Sur scène

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com

  imagebam.com

 

¤¤¤ 

Backstage

 

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com

 

 

 

Source: KstewartNews

Posté par BelliBells à 09:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

20 février 2015

Look 2015: 40ème Cérémonie des Césars

Voici le look complet de Kristen lors de la cérémonie des Césars ce soir à Paris ...

 

KSTEWARTFANS (3)

 

¤ Robe: Chanel Couture Collection Printemps 2015

¤ Chaussures: Salopatina de Christian Louboutin 

Posté par BelliBells à 22:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

19 février 2015

Diner des Pré-Oscar

Kristen est attendu au diner des Pré-Oscars Charles Finch et Chanel le 21 Février à Los Angeles ... 

 

Itss

 

Deux co-star de Kristen, Julianne Moore (Still Alice) et Eddie Redmayne (The Yellow Handkerchief) seront également présents.

 

Source: Its' Ok To Be You.

Posté par BelliBells à 07:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

18 février 2015

Photoshoot 2015: Interview Magazine

Photoshoot 2015

 

Interview Magazine - Mars 

 

march-1024x669

 

1 (1)

 2 1 

3 (1) 4 (1)

5 (1)

 

 

Source: KstewartNews

Posté par BelliBells à 16:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Photoshoot 2015: Chanel

Photoshoot 2015

 

Chanel - Février

 

BTS

Avec Adir Abergel

10991064_1024521190896228_5810041553175362243_n

 

 

Source: LaSagaRobsten

Posté par BelliBells à 07:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :



Fin »