The Real Kristen Stewart

Concours 'The Guard'

Bonjour tout le monde!

A l'occasion de la sortie en DVD de 'The Guard' (Camp X-Ray en VO) le 25 Juin prochain, le blog s'associe à Condor Entertainment et vous propose de gagner 5 DVD du film!!

 

The_Guard

 

LE CONCOURS EST OFFICIELLEMENT TERMINE!

Pour participer, rien de plus simple! Répondez aux trois questions que je vais vous posez et envoyez vos réponses par mail à: therealkristenstewart.celine@gmail.com  avant le 25 Juin 7h.

Dans vos mail de participation est il nécessaire de préciser qu'un minimum de politesse est demandée (!), intitulée du mail doit être "Concours 'The Guard', n'oubliez pas de bien répondre aux trois questions et de donner vos coordonnées complètes afin que je puisse les transmettre à Condor Entertainment. Ce concours est ouvert uniquement à la France.

Les résultats seront annoncés dès le 25 Juin entre 7h et 7h30.

Vos adresses seront transmissent à Condor Entertainment qui se chargera de vous envoyez le cadeau! Je ne serai donc pas responsable en cas de perte par la poste ...

Je crois que j'ai tout dit?! Ah non il manque les questions, vous êtes prêts?! C'est parti:

 

Vous avez jusqu'au 25 Juin pour rendre vos copies! Bonne chance à tous <3

C.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

EDIT du 25/06: Le concours est officiellement clos! Merci à celles et ceux qui ont participés! Sans plus attendre découvrez les réponses aux trois questions que je vous ai posez ainsi que les noms des cinq gagnants!

 

1) En combien de jours le film a-t-il été tourné?

Dans une interview datant d'Octobre 2014, lors de la projection du film à New York, Kristen à dit que le tournage à duré 20 jours (vous pouvez retrouvez son interview ICI)

 

2) Lors de quel Festival 'The Guard' a-t-il été présenté pour la première fois?

Le film à été projeté pour la première lors du Sundance Film Festival en Janvier 2014.

 

3) Lors du tournage du film, Kristen à recueilli un chien. Comment s'apelle-t-il?

Elle a appelée son chien du nom de son personnage dans le film 'Cole'.

 

Félicitations aux cinq gagnantes:

Evelyne H du 57

Lauryn S du 62

Cindy H du 08

Manon H du 35

Nathalie D du 38

 

Vos adresses vont être rapidement communiquées à Condor Entertainment qui se chargera de vous envoyez les DVD!! N'hésitez pas à m'envoyer une petite photo ou à m'envoyez un mail pour me dire que le lot est bien arrivé!!

 

Bonne journée à tous!

C.

Posté par BelliBells à 07:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]


04 juillet 2015

Kristen et ses fans

Nouvelle photo de Kristen avec un fan lors du Festival de Coachella en Avril ...

 

Captura de pantalla 2015-07-04 a la(s) 11

 

Source: LaSagaRobsten

Posté par BelliBells à 22:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

American Ultra: Photo montage

Nouvelle photo montage d'American Ultra avec Kristen & Jesse Eisenberg ...

 

11326583_1591097447818725_1593011222_n

 

 

Source: KstewartNews

Posté par BelliBells à 12:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Photoshoot 2004: Sundance Festival #5

Photoshoot 2004

 

Sundance Film Festival #5

normal_001 normal_002

 

¤¤¤

normal_001

Source: Stewart-France.Net & LaSagaRobsten

 

Posté par BelliBells à 12:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

American Ultra: Dates de sortie

Retrouvez ici toutes les dates de sortie d'American Ultra à travers le monde ...

 

104135126_o

 

¤ Canada: 21 Août 

¤ États-Unis: 21 Août

¤ France: 26 Août

¤ Royaume-Uni: 28 Août

¤ Australie: 10 Septembre

¤ Belgique: 10 Septembre

¤ Pays-Bas: 10 Septembre

¤ Suisse: 15 Octobre

 

Posté par BelliBells à 12:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :



All American High School Film Festival

Pour la troisième année, Kristen fera partie du jury du 'All American High School Film Festival' ...

 

11129206_824924230877690_1415556011885017688_n

Le Festival à été créer en 2013 afin de recompenser des lycéens cinéastes amateurs. Depuis sa création le Festival à eu plus de 2 000 participations venant de 48 Etats et de 17 pays différents. Et chaque année, une selection de 292 films est diffusés avec pour le gagnants un prix: 'Une bourses d'un montant de 100 000$'

Cette année le Festival aura lieu du 9 au 12 Octobre 2015 (toujours à New York.)

Posté par BelliBells à 12:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

01 juillet 2015

American Ultra: Classification du film

La 'Motion Picture Association of America' à décidée donner une classification à 'American Ultra' ...

 

motionpictur

 

La Motion Picure Association of America est une association interprofessionnelle crée en 1992 qui défend les intêrets des six plus grands studios Hollywoodiens. Pour diverses raisons, l'association s'est imposé un code "déontologique' d'autocensure. La soumission d'un film à la MPAA n'est pas obligatoire, les films non classés recevant la mention "UNRATED" (non classifié).

Pour American Ultra, la MPAA à décidée de classer le film dans la catégorie "R" soit: le mineurs de moins de 17 ans doivent être accompagnés d'un adulte. Le film à eu cette classification en raison de certaines scènes violentes et sanglantes, mais aussi à cause du language, de l'usage de drogues ede certains contenu en rapport avec le sexe.

 

 

Source: LaSagaRosbten

Posté par BelliBells à 11:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Scans Magazine

Scan du magazine 'Vogue' ...

 

CIuLgYyUwAAR9FJ (1)

 

Source: LaSagaRobsten.

Posté par BelliBells à 11:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

30 juin 2015

TV: Sils Maria sur Canal +

Sils Maria sera diffusé ce soir sur la chaîne Canal + dès 20h55 ...

 

sils maria

Posté par BelliBells à 18:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Olivier Assayas parle de Kristen, de Sils Maria et Personal Shopper

Dans une nouvelle interview pour le site français Télérama, Olivier Assayas parle de Kristen mais aussi de 'Sils Maria' et de 'Personal Shopper'...

 

172526115

 

Etes-vous encore  un cinéaste français... ?

Je ne sais plus à qui attribuer cette phrase : « Il faut se méfier de ce que l'on veut devenir, on finit par l'être »... J'ai théorisé très tôt qu'il y avait une mondialisation du cinéma d'auteur. J'ai toujours été mal à l'aise avec l'aspect étriqué, fermé sur soi, du cinéma français. C'est un des meilleurs cinémas au monde, là n'est pas le débat. Il est riche, divers, mais très insulaire. Et en souffre. Pas en termes de commerce mais dans son aptitude à raconter le monde.
Qu'est-ce qu'on peut raconter du monde à travers le cinéma ? L'évolution du monde, c'est une accélération de la communication entre les pays et les cultures. On voyage davantage, on se sert de l'anglais. Autant c'est une galère atroce de financer des films en France – il faut par exemple passer devant des commissions, alors que mes scénarios ne sont pas écrits pour ça –, autant je peux combler ce qui manque par des ventes internationales. Il y a eu des rétrospectives de mes films dans le monde entier avant qu'il n'y en ait eu en France. J'ai beaucoup voyagé, j'ai fini par avoir une notoriété qui me permet de financer mes films à l'international. Quand je fais Clouds of Sils Maria – Sils Maria est le titre choisi par le distributeur français – ce que j'ai mis en place marche au carré : le film est en anglais, il est un vrai succès mondial dont la carrière française est minime par rapport à la carrière internationale. Il aura été autant vu aux Etats-Unis qu'en France...

 

Avez-vous profité de la standardisation du cinéma américain ?

Je parlerai davantage de mécanisation, d'industrialisation du cinéma américain. Des acteurs de la notoriété de Kristen Stewart se retrouvent dans des films où, même pour un simple gros plan, il y a 18 camions, une rue entièrement bloquée, des types qui aboient dans tous les sens dans leurs talkies-walkies. C'est logistiquement délirant et ça les prive du temps et de l'espace qu'ils trouvaient jadis en quittant de temps à autre le cinéma majoritaire pour tourner dans un film d'auteur... Cette liberté-là n'existe plus dans le cinéma américain. Même le rapport au récit n'est plus le même : quand Kristen Stewart a vu Sils Maria, elle était stupéfaite d'y trouver toutes les scènes qu'elle avait tournées. « C'est la première fois ! », m'a-t-elle dit. Elle était déjà étonnée qu'on ait filmé tout le scénario, et encore plus que le scénario se retrouve entièrement à l'image, sans dix-huit couches de montage... Et puis les trois quarts des scènes dans les films américains se tournent sur fond vert, c'est l'avènement du monde des effets spéciaux et, pour les acteurs, c'est clairement de moins en moins marrant, de plus en plus contraignant.

 

Sils Maria frappe par son ancrage précis dans le monde d'aujourd'hui. Etre contemporain, c'est important ?

C'est essentiel. J'ai toujours considéré que l'inspiration devait être dans le monde réel et pas dans le cinéma. Beaucoup de cinéastes ont ce travers d'aller chercher dans les films du passé des modes de représentation du monde. Ils se demandent comment ça a été fait dans d'autres films, vont à la vidéothèque, s'inspirent de ce qu'ils voient. Mais rien n'est immuable : si je dois représenter à l'écran un metteur en scène de théâtre aujourd'hui, ce n'est pas la même chose qu'il y a quatre ou six ans. Idem pour le sentiment amoureux : les choses se reformulent constamment... Le cinéma est un art du présent. Dans Sils Maria, je pose une question éternelle : qu'est-ce que nous fait le passage du temps ? Pour que cette question ait du sens, je dois situer le film dans un présent qui ressemble à celui dans lequel vit le spectateur. D'autres créateurs l'ont fait avant moi : à la minute où est inventé le téléphone, Sacha Guitry en fait un outil dramaturgique d'importance. Le cinéma doit être synchrone avec le monde. Mon modèle, en un sens, reste L'Eau froide, que j'ai réalisé en 1994. C'est un film qui produit en moi un fort effet de trouble. Quand j'en revois des fragments, il ne s'agit plus d'un film sur les années 1970 tourné dans les années 1990, mais plutôt un film des années 1970. Avec le temps, sa date de tournage devient indiscernable, j'aurais pu le faire à 15 ans tellement il est synchrone de cette histoire-là...

 

Un peu de curiosité « people »: dans Sils Maria, vous dirigez deux très jeunes actrices du cinéma américain, Chloë Grace Moretz et Kristen Stewart. Qu'est-ce qui les différencie ?

A peu près tout, sauf le talent. J'ai choisi Chloé Grace Moretz au terme de conversations via Skype. En regardant sur Google, je me suis aperçu qu'elle n'avait que 16 ans. Cela n'avait pas de sens, je ne pouvais pas imaginer avoir parlé à une fille de 16 ans. Je suis allé la voir à Toronto où elle était en tournage, et je l'ai trouvée d'une maturité incroyable. Chloë est facétieuse ; Kristen Stewart est dark. Elle possède une intensité surprenante, c'est un samouraï. Bien qu'elle fût déjà une star, le cinéma américain l'a découverte grâce à Sils Maria« Alors, elle sait jouer ? » Mais elle était déjà géniale dans ses films précédents !

 

Vous allez tourner en fin d'année un nouveau film intitulé Personal Shopper. Que pouvez-vous nous en dire ?

Que j'aimerais bien être déjà en tournage ! Mais j'ai choisi d'attendre Kristen Stewart, qui a enchaîné les films d'Ang Lee et de Woody Allen – la preuve que sa carrière américaine a changé. Ce sera un film très centré autour d'elle, et qui est une sorte de film de fantômes. Je suis encore dans une situation bizarre. Mes films tombent dans un point aveugle du système de financement : bien que produits par un producteur français, comme ils sont en anglais, ils n'ont pas droit au crédit d'impôt, et seulement à une version réduite du fond de soutien. Alors qu'un producteur américain venant tourner un film américain en France bénéficie du crédit d'impôt. Comme pour Sils Maria, dont on a dû tourner les intérieurs à Leipzig et à Halle, dans l'ex-Allemagne de l'Est, on tournera les intérieurs de Personal shopper, qui se passe entièrement a Paris, en Hongrie ou en République tchèque, selon le plus offrant...

 

Source: Télérama

Posté par BelliBells à 18:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 juin 2015

American Ultra: Interview pour Collider

Nouvelle interview de Kristen et Jesse Eisenberg pour Collider ...

 

American-Ultra-Affiche-Jesse-Eisenberg-Kristen-Stewart

 

(Merci de créditer le blog si vous postez cette traduction ailleurs)

 

Journaliste: Et c'était assez impressionnant à regarder vous faites une sorte de chorégraphie aujourd'hui. C'est très différent pour vous.

Jesse Eisenberg: Certainement, je n'ai jamais fait ça.

 

J: Très différent de tous vos autres films.

Eisenberg:  Oui, nous avons été formés pendant un certain temps.

 

J: Appréciez-vous toutes ces choses physique et scènes d'action?

Eisenberg: Ouais. J'ai commencé il y a quelques mois parce que mon personnage devait être entrainé, mais qu'il ne s'en souvient pas. Il fallait que les choses lui vienne instinctivement.

 

J: Vous avez le physique, mais vous n'étiez évidemment pas en vrac parce que vous devez jouez le gars stone de sorte qu'il est le plus souvent en train de faire  une danse plutôt que de faire usage de la force ou ce genre de chose?

Eisenberg: Ouais. J'étais dans le Michigan pendant un mois ,et ils ont embauché ces grands gars, et chaque jours de congé, je devais travailler avec eux. Ils m'ont enseigné les techniques de combat du Sud-Est asiatique et Rob Alonzo, le coordinateur des cascades, est originaire des Phillipines, dont il sait ..

 

J: Nous parlions justement de lui

Eisenberg: Oh, vous parliez de lui, ok.

 

J: Comment avez-vous aborder le projet? Est ce que vous avez lu le script, puis vous vous êtes dit: "Wow! Je veux être ce personnage!"?

Eisenberg: Ouai, c'est un grand rôle. Je pense que le scénario à été terminée la semaine où je l'ai lu et j'ai tout simplement adoré.

 

[Kristen Stewart se joint à l'interview]

 

J: Jesse nous as dit combien il a adoré le script qu'il a lu, pouvez vous nous dire ce que vous en avez penser?

Kristen Stewart: J'ai lu le script d'une manière très directe et classique, comme tous les acteurs qui se vont envoyer des script de leur agent. C'était vraiment un script original et étrange, je n'avais jamais lu quelque chose comme ça et c'était l'occasion de retravailler avec Jesse. Nous avions vraiment passé un bon moment sur Adventureland, il y a de ça quelques années, et j'avais en quelque sorte déclarée que nous devrions refaire un film tous les cinq ans. Donc, en accord avec ça, j'ai sautée sur l'occasion.

 

J: Max [Landis] nous disait que, pour vous Kristen, cela avait été le rôle le plus proche de votre personnalité. A-t-il raison de penser ça?

Stewart: Phoebe est une fille à la fois folle et douce, c'est une fille assez modeste. Je ne pense pas avoir à faire certains de ces caprices, et je ne dois pas apporter certaines choses qui feront d'elle une fille très différente de qui je sais vraiment. Je pense qu'il à dit juste dans le fait que je me plonge dans cette expérience très surréaliste, étrange, accre et unique, de sorte que - d'une manière assez incroyable, il l'as créer toute entière, mais dans une ligne assez lente, il était comme "Quoi?". Il ne sait certainement pas mis dans notre réalité, mais c'est hyper-réeel d'une drôle de manière. Donc, le personnage est une sorte de sujet - la difficulté pour moi à été de conserver ses secrets tout en ne révélant rien de l'intrigue, je suis pas censé être comme ça au début. Ensuite, il vous rassure vous dit que tout est bien, dans l'émotion tout en étant drôle. Il est comme, nous sommes toujours sur le point de mourir, nous sommes constamment, constamment sur le point d'être tué ou de tuer quelqu'un, et pourtant dans le même temps il y a aussi une large partie de comédie, afin de pouvoir équilibré le film et c'était là toute la difficulté. De sorte que moi-même je joue essentiellement, comme si je vivais cette ...

Eisenberg: Situation très bizarre.

Stewart: Exactement.

 

J: Parlez-nous un peu de l'apparence de vos personnages, nous savons que vous avez teints vos cheveux, vous avez apporter un aure regard sur vos personnages? Comment était il dans le script et comment est ce de travailler à leurs développement?

Eisenberg: Je voulais juste porter une perruque avec les cheveux longs, parce que mon personnage est quelqu'un qui n'as pas entretenu sa coupe de cheveux depuis plusieurs années. C'est quelqu'un qui plonge dans sa propre paresse et jouissant de sa propre paresse. Donc je me disait: "Il n'aura pas de coupe de cheveux. Il ne veut pas prendre soin de lui, de quelques manières que ce soit". et d'un autre côté il donne le meilleur de lui quand il doit se défendre. Donc, c'est un gars qui ne pouvait pas être moins bien préparé à faire tous ça.

Stewart: Nous avons un peu parlés à Max. Je pense que l'idée de base avant que tout ne deviennent une chose plus réelle est que si vous prenez les gens les plus improbables, comme deux petits stoners rester dans l'enfance, comme Jesse et moi, et que tout à coup vous les jeter dans un très-haut débit, et très intense, le film d'action devient désarmant de réalisme et très drôle. Il n'est pas familier, il est un peu choquant, afin de faire quelque chose de percutant, qui est la base pour vouloir faire ce film. C'est comme, quand il a voulu que je teigne mes cheveux, il y a plus d'un an, mais que le résultats n'était pas celui qu'il voulait, j'ai assez flipper. Nous sommes très directionnelles. Il n'y a rien qui définissent vraiment nos regard, tout est très aléatoires, confortable et pratique, et nous essentiellement stones. Donc, ce fut tout ça.

 

J:Parlez-nous un peu de la scène que nous avons vu aujourd'hui? Je sais que ça va prendre une paire de jours. Mais ce que vous faites dans ce supermarché est juste Kick Ass et assez bizarres. Quel est l'objectif de cette scène?

Stewart: Dans cette scène?

J: Oui.

Stewart: C'est difficile parce que je ne suis pas autorisé à en parler. Vous voyez ce que je veux dire?

Eisenberg: Oui, c'est une tentative pour garder une part de secret, je ne sais pas ...

J: Ils nous ont presque tout dit.

Eisenberg: Oh, ils vous ont tout dit?

Stewart: Tout? Ca craint!

 

J: Je pense qu'ils nous en ont dit un peu plus que vous les gars, ils préfèrent sans doute tout nous dire, mais c'est ça de faire des interview séparées, donc je ne sais pas ce que vous avez le droit de dire.

Stewart: Je veux dire, fondamentalement, nous avons tous tourné le film. Nous commençons à un point de notre relation où vous pourriez l'appeler un peu comme étant une période de troubles, où au début nous ne sommes pas très heureux l'un avec l'autre, puis le film passe, et vous voyez à quel point ils s'aiment. Ils sont vraiment, vraiment obsédés l'un par l'aute, et c'est une chose de très pure. Tellement vrai. Fondamentalement, il va revenir sur le devant de la scène pour venir me sauver, et ce sera une sorte de réconciliation entre eux. Parce que toute leur histoire, est vraiment douce, c'est une simple histoire d'amour, et c'est vraiment un crève-coeur de voir tout son passé lui revenir en pleine face et il va devoir assumer ... Devenir un homme et faire en sorte de se racheter. Il fait vraiment un pas vers elle, et c'est son putain d'homme, puis il obtient son pardon, elle revient et tout fini bien.

 

J: Max Landis à dit de vous, Jesse, que l'objectif de votre personnage ne change pas de tout le film, que vous souhaitiez la demander en mariage et vous marier avec elle. Est ce une description exacte?

Eisneberg: Oui, au début du film, il a une bague et il à l'intention de la demander en mariage le jour même, puis sa vie part dans tous les sens. Il garde la bague dans sa poche tout le long du film et il cherche de petits moments où il pourrait faire sa demande, mais c'est alors les gens essaient de les tuer [rires] donc à chaque fois il est interrompu. Mais il est vraiment adorable. [rires]. Et il n'as pas de tact du tout,  il a le chic pour essayer de faire sa demande aux pires moments possibles, et il a la chance d'être à chaque fois interrompue. Mais il est dans la course, c'est une douce plaisanterie.

 

J: Je suis un peu curieux, la comédie vie plus aux travers des situations et des dialogues ou est jouez-vous juste de cette façon?

Eisenberg: Je pense que nous sommes conscient de la part d'humour, mais les scènes que nous avons eues ont été étonnamment dramatique. Quand vous lisez le script, vous pouvez comprendre qu'il y a des scènes très dramatiques. Les personnages connaissent quelque chose qui va être bouleverser, mais ils doivent en faire l'expérience d'une façon réelle. Je pense à ça et à Kris, et je parlais de ça lors des répétitions, mais ce sera le film le plus émotionnel que nous ferons pendant un certain temps, même si il est problable que le public le trouve plus amusant. Mais en tant qu'acteur, on se mets dans certaines situations et certains d'entre nous ne font pas semblant, pour ainsi dire. Nous vivons des émotions réelles et il y a plusieurs scènes du passé, mais vu le contexte elles devaient être drôle, mais ça ne repose pas nécessairement sur nous de faire des choses stupides.

 Stewart:Vous savez, il était nécessaire de faire un tri et de déterminée ce qui serai de domaine de la plaisanterie - parce que pendant la lecture du script, il y a des blagues ce que je devais dire sur l'amour qui m'ont véritablement faire rire, et puis vous arrivez à vous reprendre et vous dites:" Nous ne pouvons pas faire ça! Ca va être répéter partout!".

Eisenberg: C'est trop stupide.

Stewart: Oui exactement. Et puis, il y a d'autres choses comme: "Je ne pense pas que ça pourrai être drôle, je pensais que ça allait être joué complètement différemment", mais le ridicule de la situation ne peut être ignorer et donc nos personnages peuvent se dire des choses à la fois stupide et drôle. Il est vraiment drôle et constant, mais je pense que le film va être hilarant. Je ris tous les jours, même quand nous sommes en train de perdre nos vies.

 

J: Comment Nima [Nourizadeh] à orchestrer tout ça, et comment vous aidez-t-il à entrer dans votre rôle? Quand vous veniez de tournez une scène, était il du style à dire: 'Cela pourait être un peu trop stupide"?. Comment fait il pour vous parler?

Eisenberg: Nima fait les bonnes choses, en tant qu'acteur, il va vous demander de faire ce tous ce qui émotionnellement possible avant toute autre chose. Avec mon expréience, les choses sont généralement plus drôle si, et ça le sera, si vous faites en sorte de ne perdre le fil avec la réalité. Il est impressionant, il a comme, une certaine attention obsessionnelle du détail, peut être que l'avez vu ... Je ne sais pas si vous avez attentivement regardé, il essaye d'obtenir quelque chose de correct en une miliseconde. Et il est donc impressionnant, et je pense qu'il prolonge l'action aussi, il nous demande de faire les choses à fond.

 

J: L'une des choses dont nous ne cessons de parler c'est la créativité physique du film, et de la créativité de certains actes de violence et de mort, et nous avons vu votre personnage faire tout cela. A propos on ne vous a pas entendu Kristen, comment avez-vous  fait pour les parties physique, et les parties créatives, amusantes, étranges?

Stewart: Je ne ... Je suis en train de réfléchir ... Je ne tue personne - en faite si, je tue deux personnes, mais avec une arme à feu, donc je suppose que ce n'est pas très créatif. Voila le moyen le moins créatif pour tuer quelqu'un, en fait.

Eisenberg: Vous êtes problablement juste en train d'attendre qu'ils meurent.

Stewart: En fait, oui, vous avez raison. Mais alors je ne serait pas vraiment celle qui devait les tuer ... et ce qui extrêmement créatif. Je vais simplement m'asseoir ici et attendre.

 Eisenberg: [Rires] Ouais, pense à verrouiller la porte.

 

J: Je suis curieux avec vous deux, vous travaillez ensemble pour la première fois depuis Adventureland, c'était comme une réunion?

Stewart: Carrément. Je pense que Jesse et moi nous avons une manière de travailler très similaire. C'est difficile de mettre le doigt dessus, mais notre approche est juste très simillaire. Je ne sais pas, je pense que nous répétons de la même manière, la façon dont nous nous préparons pour les tournages est similaire. Nous sommes vraiment aller au fond des choses, et on se sens parfois irrespectueux envers soi-même. Tu vois ce que je veux dire? Il as vraiment abuser de la merde et d'étranges souvenirs vont le rattraper. Je pense que nous avons tous les deux la bonne expérience pour faire ce genre de choses, et si nous avons choisit ce projet, c'est parce que nous avions vraiment une bonne impression. Je suis vraiment à l'aise avec lui, je me sens en sécurité, je veux faire quelque chose. C'est marrant. Je pense que c'est assez amusant de trainer ensemble, et c'est ce qui fait ce c'est une bonne expérience.

Eisenberg: Ouais, je ne pourrai jamais m'arrêter de parler d'elle. C'est une actrice phénoménale. Je me souviens la première fois que nous avons travailler ensemble, elle avait dix-sept ou dix-huit ans, quelque chose comme ça, et dès la première scène je suis allé voir le réalisateur et je lui ai dit: "Elle est vraiment drôle!" Et il m'as répondu: "Ouai, je sais", et j'ai rajouté:"Non, non. Elle est vraîment drôle. Elle est véritablement très drôle!". Elle le fait d'une manière très naturelle, sans attirer l'attention sur elle pour être drôle, elle a un grand sens de l'humour avec tout le monde.

Stewart: Parfois, il semble prendre les choses personnellement.

Eisenberg: Par accident.

Stewart: Ouais.

Eisenberg: Mais elle est quand même la personne la moins futile que vous avez jamais rencontrer, et c'est aussi une jolie femme, donc -

Stewart: Il est vraiment futile, toute la journée, et je suis genre "Putain!". Il est dans la loge maquillage beaucoup plus longtemps que moi.

 

J: J'allais le dire, il semble plutôt beau.

Stewart: Ouai [Rires]

Eisenberg: Mais de toute façon, elle semble aimer servir l'hisoire et mettre en avant les autres acteurs avant elle-même, ce qui est une merveilleuse qualité.

Stewart: J'approuve.

 

J: Topher [Grace] parlait des textes et des monologes de son personnage. Je suis vraiment curieux à propos de l'écriture de Max quand il est venu à parler des plaisenteries, et il semblai que vous avez eu le temps de faire d'en faire quelques bonnes. Mais est ce qu'il y a eu une scène est particulier qui sortait du lot quand vous avez lu le scrit?

Eisenberg: C'est un merveilleux écrivain, et il décrit ses personnages de façon spécifique et réels, ils semblent être venus d'ailleurs, mais ils sont très réels. Nous avons cette scène où nous allons à la fête d'une de ses amie, que je suis un peu renfermé dans un coin, et je pense que je suis un mec bien  et qu'elle devrait en profiter, et elle vient un peu comme une héroine et me sauve de la fête. Mais plus tard, cette nuit là, nous sommes assis sur le capot de notre voiture et sur la route il y a une voiture accidentée et le mec à traversé le pare-brise, vous ne le voyez pas, toute la scène est de notre point de vue et nous regardons loin vers en bas, et je commence à lui dire que je me sens comme l'arbre coincé par cette voiture, et qu'elle est la voiture. Et cet arbre vient d'être déraciner pour longtemps et que la voiture semble avoir rouler pendant si longtemps, et soudain cet arbre en cette nuit merveilleuse, voit cette chose en mouvement qu'est la voiture. Et je suis l'arbre. Et il est juste vraiment doux, il a des mauvaises herbes vous le savez, c'est un fumeur donc il n'as pas forcément les idées claires, mais il est tellement beau et il résume leur relation de manière assez douce. La façon dont ils pensent l'un à l'autre et pour Kristen c'est navrant parce qu'elle a une part de responsabilité dans tout ça.

Stewart: C'est horrible, incroyable comme elle se sent responsable. Que vous ne trouviez pas les choses, jusqu'à ce que la page ...

Eisenberg: Correct.

Stewart: Il va tellement loin dans le film!

Eisenberg: Donc, il fait des choses comme ça et tout devient tellement plus spécifique et plus significatif, parce que Kristen connaît ses deux personnalités, etque je suis obligé de vivre avec, et d'une manière très personelle. Il est merveilleux, un peu spécial.

 

 

Source interview: KstewartNews

Posté par BelliBells à 18:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

27 juin 2015

Georgie Henley parle de Kristen

L'actrice anglaise Georgie Henley, connue pour son rôle dans 'Le Monde de Narnia', parle de Kristen ...

 

Georgie-henley-profile

(Merci de créditer le blog si vous postez cette traduction ailleurs)

 

Journaliste: Avez-vous des modèles?

Georgie Henley: J'adore Johnny Depp. Il a une grande carrière parce qu'il a toujours su choisir ses films, il passe de styles et rôles différents, il est indépendant. Il n'a jamais choisit l'option de facilité est c'est quelque chose que je tiens à faire. Je pense aussi, que les gens ont fait une mauvaise presse de Kristen Stewart (Twilight), mais c'est une actrice à part entière, talentueuse et je trouve que ce qu'elle fait est très bien. J'admire sa carrière.

 

Source: LaSagaRobsten.

Posté par BelliBells à 18:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Apparence 2014: Gala du MET - New York

Apparence 2014

 

Gala du MET à New York - 5 Mai 

 

KSTEWARTFANS050514-2 (4)

 

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com

¤¤¤

Behind The Scènes

 

10249085_255516904633746_1552995862_n download 10351976_849250595089956_4891094520889765850_n

Bm6YMeCCcAA22s1 Bm9cj6iCYAE_Esg CIb6GFQUcAAA8h8

¤¤¤

Pendant le gala

 

imagebam.com imagebam.com imagebam.com

 imagebam.com imagebam.com imagebam.com

image host image host 

¤¤¤

After-Party

 

voguerk imagebam.com

¤¤¤

Kristen en pleine séance maquillage

 

10546601_788016111259307_760370824_n

 

Source: KstewartNews

Posté par BelliBells à 18:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

26 juin 2015

Topher Grace, Max Landis et Nima Nourizadeh parlent de Kristen

Lors de différentes interview Topher Grace, Max Landis et  Nima Nourizadeh ont parlés de Kristen ...

 

1908187_451033141720909_7012021947681388013_n

 

(Merci de créditer le blog si vous postez cette traduction ailleurs)

 

¤ Topher Grace pour Coming Soon:

"J'ai frappé Kristen Stewart en plein visage" dit Topher Grace à propos de son personnage. "Je suis impatient que sa base de fans voient ça, mais je sais que je ne vais pas me faire des amis."

 

¤ Max Landis pour Film School Project:

Jack Giroux (Journaliste): ... Un ancien supermarché géré par des types bizarres qui laissent l'espace être retourner pour le film. Le magasin s'appele "Max's Goods", chose à laquelle Max Landis répond par: "Devinez de qui vient l'idée?". J'ai déviné ... de Kristen Stewart.

 

¤ Nima Nourizadeh pour Hit Fix:

Comme l'a noté le réalisateur Nima Nourizadeh, l'attachement d'Eisenberg pour Stewart une perspective relativement indolore. "Elle était facile à dirigée." nous dit il pendant le dîner. "Je lui ai juste envoyé un message qui disait 'Avez-vous lu ce script?' Et elle m'as répondu: 'Celui avec Jesse? Putain, mec, j'en suis!' Ca c'est passé comme ça! Littéralement, ce fut tout."

 

 

 

Source: Team Kristen Site.

Posté par BelliBells à 07:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Scans Magazine - Italie

Scans du magazine italien 'Best Movie' ...

 

scan1scan2

 

 

Source: LaSagaRobsten

Posté par BelliBells à 07:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

25 juin 2015

American Ultra: Affiche du film

Découvrez les trois premières affiches du film d'American Ultra ...

 

americanultrakristenmtv-1431613055-664x1024 003

005

 

¤¤¤

EDIT du 1/06: Ajout des affiches personnages sans tags ...

 

1 2

 

¤¤¤

EDIT du 25/06: Nouvelles affiches du film avec Kristen et Jesse Eisenberg  ...

 

affiche AM american-ultra-poster-jesse-eisenberg

 

 

Source: KstewartNews & It's Ok To Be You

Posté par BelliBells à 19:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Stills -> American Ultra

Stills 

 

American Ultra

 

1 2

3 american-ultra-screenshot-kristen-stewart

 

Source: KstewartNews

Posté par BelliBells à 18:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Scan Magazine

Scan du magazine 'Gracia' ...

 

CIQak3SXAAEES26

 

 

Source: LaSagaRobsten

Posté par BelliBells à 15:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Projet de Woody Allen

Le film n'as toujours pas de nom et le casting est dévoilé au compte goutte. Mais nous savons que Gregg Binkley sera dans le film dans le rôle de Mike ...

 

Gregg_Binkley

 

Gregg Binkley est un acteur américain de 53 ans, connu pour ses rôles dans 'The Millers' et  'Raising Hope'. Découvrez sa fiche IMDb par ICI

 

 

Source: LaSagaRobsten

Posté par BelliBells à 15:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Kristen et ses fans

Nouvelle/Ancienne photo de Kristen avec un fan ...

 

v6pqiWL

 

Source: KstewartFans

Posté par BelliBells à 15:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :