The Real Kristen Stewart

27 mars 2017

Photoshoot 2017: Portraits promo de 'Personal Shopper'

Photoshoot 2017

 

Portraits pour la promo de 'Personal Shopper' - Mars

 

New York Times

 

7906da537152270 4f73d5537178659 imagebam.com imagebam.com

  imagebam.com

HQ

    

¤¤¤

L.A Times

5dd4c8537310879

 

imagebam.com imagebam.com imagebam.com  

HQ

    

 

 

¤¤¤

Associated Press

AP17068761450555 AP17068761435799

 

 

Source: Team Kristen Site.

Posté par BelliBells à 21:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Sur le tournage d'Underwater

Nouvelles photos de Kristen sur le tournage d'Underwater à La Nouvelle-Orléans ...

 

2 1 3

 

 

Source: LaSagaRobsten.

Posté par BelliBells à 21:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

25 mars 2017

Personal Shopper: Chiffres du Box-Office

Retrouvez ici les chiffres du box-office de 'Personal Shopper' en France, aux Etats-Unis et dans le monde entier ....

 

Personal_Shopper

 

En France: 90 314 entrées

Aux Etats-Unis: 328 745 $

Dans le monde: 794 286 $ dont 465 541 en France.

 

Source: JP Box office.

Posté par BelliBells à 20:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Scans Magazine: Italie

Scan du magazine italien ' Best Movie' ...

 

C7sQjykW0AQQ9xI

 

 

Source: LaSagaRobsten.

Posté par BelliBells à 20:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Photoshoot 2016: ELLE UK

Photoshoot 2016

 

ELLE UK - Septembre

 

KSBR1-0 KSBR2-0 KSBR3

1469621350-160606-02-black-white-cardigan-0161-v4cmyk-preview 1469621424-160606-03-black-coat-0107-v3cmyk-preview

landscape-1469621240-kristen-stewart

 

3 2 1

¤¤¤

Outtakes tagués 

image

imagebam.com imagebam.com imagebam.com

¤¤¤

Vidéo du photoshoot

¤¤¤

Making Of des shooting 

 

Source: Team Kristen Site.

Posté par BelliBells à 19:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


22 mars 2017

Photoshoot 2017: V Magazine

Photoshoot 2017

 

V Magazine (Edition Printemps) - Mars

 

004

 

 

 

UHQ

imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com

¤¤¤

imagebam.com 17333026_1901790200100779_5775913693728473088_n(1)

¤¤¤

BTS

imagebam.com

 

 

 

Source: Team Kristen Site.

Posté par BelliBells à 11:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Photoshoot 2015: Marie-Claire (US)

Photoshoot 2015

 

Marie-Claire (US) - Août 

 

 

Outtakes en HQ

 

KRISBIANSITE2017 (1) KRISBIANSITE2017 (2)

CJ6E9opWgAAkTXv ChZt5MmW4AUpIw- CJ6E9pqWcAAjN3r CJ6Ev6XWIAApN4G

 CJ6EwDvWEAAKCYD CJ6EwKlWoAAObcO CJ6EwcoWoAA5a7N

 CKST3-5WIAElLaU KSTEWARTFANS-MC06 KSTEWARTFANS-MC07

 

4 5 6 7

C7WYj-pX0AASJf-

¤¤¤

 Outtakes avec tags

 

1 2 5 9

6 8 7 9

10 11 3

 4

 

¤¤¤

Vidéo du shooting:

 


KSF-MCA2015 par LJMD

 ¤¤¤

Photos Behind The Scènes

 

BTS BTS2

 

Source: KstewartNews

Posté par BelliBells à 11:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

21 mars 2017

Sur le tournage d'Underwater

Premières photos de Kristen sur le tournage d'Underwater le 20 Mars à La Nouvelle-Orléans ...

 

1 2 3 4

 

    

    

   

   

   

   

   

   

   

   

   

   

    

   

   

   

    

   

Source: LaSagaRobsten.

Posté par BelliBells à 18:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Interview Come Swim: ScreenDaily

Nouvelle interview de Kristen pour 'ScreenDaily' lors de la promo de 'Come Swim' au Sundance Film Festival ...

 

C2vJe7IUsAIFeuH

 Kristen aux côtés Michael Pruss le producteur exécutif du film.

 

(Traduction faite par Caroline, merci de respecter son travail)

 

Kristen et le producteur exécutif Michael Pruss en interview avec Screendaily pour 'Come Swim' à Sundance.

La célèbre actrice rejoint Scott Free, vice-président exécutif de production et le producteur exécutif Michael Pruss de 'Come Swim' pour discuter de ses débuts de metteur en scène dans un court-métrage à Sundance et « c’est se prendre une rupture sentimentale de plein fouet, ce film. »

Josh Kaye est l’acteur du film, qui a été tourné principalement à Los Angeles et pour 2 jours en Arizona l’été dernier, et est décrit sur le site web de Sundance comme un "diptyque sur la journée d’un homme, portrait moitié impressionniste et moitié réaliste."

Scott Free et Starlight Studios ont produits 'Come Swim ' et Refinery 29 a financé le projet, avec Dave Shapiro de Starlight, en tant que producteur. Il a fait la première le jeudi et a été projeté à nouveau 2 fois le samedi avec une projection de plus le mercredi et enfin le samedi du dernier weekend. Stewart est en photo à droit à côté de Pruss.

 

Comment tu te sens après la première ?

Kristen Stewart : Je me sens si chanceuse qu’autant de gens l’aient vu sur grand écran et, plus important, l’aient entendu, car le son en est une partie importante et ça bouge, ça te traverse et la vibration est palpable et te fait te sentir un peu mal et ça accroit l’anxiété et ça en est encore plus satisfaisant. J’ai eu 5 projections. C’est tellement cool. Simplement cela me rend si contente. On a lancer des voix à travers toute la salle et ça réfléchit l’intérieur d’un esprit éparpillé et on ressent comme si on était attaqué par les souvenirs. On dirait que des voix viennent de tout autour de vous.

 

Cette séquence de vague en ouverture est puissance et semble presque hyper-réelle. As-tu utilisé des effets spéciaux ?

KS : C’est incroyablement réel. J’ai écrit (le personnage masculin) desséché et  et je sentais que ça ne pourrais marcher que si tu vois ces mirages abondamment hydraté, pour montrer ce qu’il tente d’absorber, mais qu' il ne peut pas. Mon storyboard était si ridiculement ambitieux et mon équipe de production ne m’a jamais autorisé à diminuer l’idée originale. Nous avons fait appel à un photographe sous-marin qui vit à Sydney et il avait cette caméra qui prend 1000 images secondes. Tu ralentis le temps jusqu’à un point qui fait comme si tu te sens super dépressif : tu te déplaces comme dans de la boue, à travers le temps et cette vague grossit et grossit et elle ne se brise jamais. Si ça avait été en digital, ça aurait été ringard. On a tamisé des heures et des heures de film pour trouver ces quelques secondes. Tu peux tourner avec cette caméra pendant 30 secondes et à la fin tu obtiens 3 heures de prise de vue.

 

Qu’est-ce qui vous a donné l’idée de cette histoire ?

KS : ça a commencé d’une façon plutôt ambiguë. J’étais obsédée par l’idée d’un homme assis au fond de l’océan et le contentement qu’il en retirait, de la solitude et de comment c’était sombre, parce qu’à un certain moment, cela me paraissait quelque chose qui m’attirait. Tu ne peux pas voir la lumière à moins que tu n’ouvres les yeux et ça parle de s’autoriser à voir parce que c’est toujours là.

C’est un film sur une rupture que tu te prends en pleine face. Je ne suis résolument pas gênée de ce qui a enflammé ce désir de capturer ces images. C’est juste cette première chute. Tu as cette force qui te dirige et te force à continuer à avancer et puis, tout à coup, ça s’effondre et tu penses ‘comment est-ce que je vais vivre maintenant ?’ Tu t’attaques toi-même avec des souvenirs et tu envisages sous tous les angles comment ça aurait pu être différent et ce que j’aurais pu dire, et qu’est-ce qu’il aurait pu dire, et il y avait cette autre personne et alors tu fais un pas en arrière et tu réalises que ça n’était pas si mal. C’est pour cela que la seconde fois quand tu entends à nouveau les mêmes phrases répétées (dans 'Come Swim') elles sont plaisantes, elles ne sont pas complètement mauvaises. Suivant la perspective, tu peux d’assassiner toi-même avec des évaluations et des sur-analyses.

 

Est-ce une réponse à une relation en particulier ?

KS : J’ai eu 4 relations incroyablement publiques. C’est sur toutes les 4. J’y ai pensé pendant 5 ans ou à peu près, et sur tout ce que j’avais vécu en amour. Ce sont des situations catalyseur qui peuvent démarrer dans une relation et il y a certaines expériences traumatisantes qui te conduisent à des expériences existentielles. Je dois me contenter du fait que je dois vivre chaque jour et essayer de me garder en vie. Je suis seule et nous le sommes tous et je voulais vraiment démontrer que c’est normal.

Tu peux faire croitre ta propre douleur et penser que tu es seul à y faire face et personne ne peut vraiment comprendre, mais à la fin de la journée, il y a quelque chose de très réconfortant à savoir que tu es tout seul… Avant d’aller te coucher, durant ces dernières 2 secondes il y a certaines questions auxquelles tu ne peux pas répondre, et tu dois passer au travers. C’est important de méditer sur ces sujets mais en même temps tu ne peux pas tomber dedans. C’est sur le fait de perdre le  contrôle et réaliser que tu dois faire partie de la vie et l’apprécier… tu ne peux pas écrire l’histoire de ta vie. Ça serait bien, mais ce n’est pas comme ça qu’on vit.

Michael Pruss (MP) : Quand tu reviens sur une relation, ce n’est jamais linéaire, les souvenirs que tu en as et ça te frappes avec des flash-back. Souvent, des petites choses du présent peuvent entraîner des souvenirs très accablants et le film parle de comment tu peux donner du sens à ces choses accablantes qui sont arrivées et comment tu avances pour trouver des solutions. Tout ceux qui participaient à ce projet, recherchaient le moyen de faire ce voyage depuis la dissolution vers le contentement.

K.S. Oui, et te permettre de ne pas être chargé par quelque chose. Et tout doit couler de source. Si tu combats contre l’eau, tu vas finir par te fatiguer et te noyer.

M.P. C’est ce paradoxe bizarre quand ce que tu as besoin le plus peut te tuer, et c’était le motif dont nous parlions le plus et qui était au cœur du processus. Il y a ce paradoxe principal en amour : tu recherches une appartenance et cela peut te détruire. Et c’est aussi au sujet de l’acceptation de l’inconnu dans les aspects de la vie  et la réalisation que tu ne peux pas tracer une ligne sous toutes les choses.

 

Quand t’est venue l’idée de faire un film ?

K.S. Il y a une paire d’année déjà, je voulais vraiment le faire et j’avais cette première image d’un gars sur le sol et il avait très, très soif et n’était pas capable d’absorber l’humidité. J’ai relu tous mes poèmes écrits ces 5 dernières années et j’ai vu que j’avais réécrit les mêmes choses encore et encore. J’avais besoin de réutiliser tout ça pour pouvoir écrire sur quelque chose d’autre. (Mike et moi) étions à Singapour pour tourner 'Equals' et j’ai tout  écrit dans un carnet de notes et je l’ai envoyé à ce gars (elle désigne Pruss). Je voulais faire des films depuis que j’ai l’âge de 10 ans. Mais tu dois avoir quelque chose à dire. C’est incroyablement personnel mais c’est aussi tellement simple. C’est total first-world, problème de blancs ; parler d’à quel point tu peux être triste et comme c’est accablant.

M.P. Il y a une universalité dans cela. Nous avons tous été seuls, nous nous sommes tous sentis déprimés et ressentis le chaos d’une relation dans la vie et nous sommes tous passés au travers.

 

Ecrire est tellement un processus intérieur, alors comment c’était de diriger ?

K.S. C’était casse-gueule parce que quand quelque chose en en vaut la peine et prend vraiment vie, ça ne se fait pas tout seul, et à la fois comme acteur et comme metteur en scène, je ressens quand ça devient cohérent et que ça s’assemble, c’est miraculeux. J’ai fait un paquet de mauvais film mais… la fierté ne vient pas d’avoir créé quelque chose sur quoi tu peux estampiller ton nom en tant qu’acteur ou metteur en scène – c’est vraiment plus une question d’être étonné par une occurrence et être impliqué dans une occurrence. WOW, cette idée est passée entre nous tous et à fini par donner cette chose. Je ressens ça en tant qu’acteur aussi.

Vous plongez dans les responsabilités et c’est comme si vous teniez un bol d’eau : un bol d’eau très lourd et peu profond et la ligne d’arrivée est à un mile d’ici et tout le monde a besoin de mettre une main dessous et de faire en sorte que pas une goutte ne tombe à côté, et à la fin, c’est bien plus léger, parce que tout le monde a une main dessous et en tant que metteur en scène et acteur, je ressens ça. J’ai commencé ça, mais une fois que s’était lancé, tout le monde a besoin de mettre sa main sous le bol. Tu ne peux pas faire ça seul. Tout le processus est une histoire d’ensemble.

 

Avez-vous apprécié ça ?

K.S. Je me suis beaucoup amusée. Complètement heureuse. Quand les choses marchent et que tout roule bien, j’ai  l’air d’une folle, avec des yeux fous. C’est si satisfaisant. Je mettais un pied l’un devant l’autre. Tu ne peux pas penser à ça comme un tout, ça te plomberait le moral. Ce n’est pas tellement orienté vers un résultat ; réellement c’est plus sur l’expérience à vivre, cette chose compulsive. Tu ne peux pas penser au mur complet tu dois poser cette brique, puis peut-être cette brique et tu te recules et tu as construit un mur.

 

Comment est-ce que ça s’est rassemblé ?

M.P. Chez Scott Free nous avons une super relation sur 'Equals' et Kristen a travaillé avec le fils de Ridley, Jack sur 'Welcome To The Ryley's' il y a quelques années, donc c’était plutôt une continuation naturelle et une collaboration. J’aidais un pote à ce moment-là.  Notre partenaire sur le film Starlight Studios et Dave Shapiro ont amené Refinery29 pour le financer. Nous, à Scott Free, considérons Kristen comme faisant partie de la famille. Une des premières chose que Ridley a fait quand nous lui avons montré le film, il lui a envoyé une note disant que c’était fantastique et qu’elle était comme un membre de la famille.

K.S. Il disait que c’était une mise en scène sûre d’elle. Je sautais littéralement tout autour de ma chambre.

M.P. Nous avions une super équipe. Nous avions le cinématographe John Guleserian et j’ai présenté Kristen à un ami qui est un éditeur appelé Jacob Secher Schulsinger qui a tourné pour Lars Von Trier et édité Take Me Over The River. J’avais le sentiment qu’ils allaient établir une connexion, c’est la raison pour laquelle je les ai mis en présence.

K.S. je m’incline devant Jacob. Il est un grand artiste.

 

Vous partagez une grande énergie en tant que collaborateurs

M.P. Pendant nos temps de pause, nous somme tous les deux des grands lecteurs et nous parlions des choses que nous avions lues et qui nous avaient inspirés et de la façon dont nous voyions le monde.. Notre amitié a évolué de façon naturelle. Nous avions un bon rythme ensemble et c’est une part de la production quelques fois.

K.S Il y a les producteurs qui vont faire faire un film et il y a les gens comme Pruss, dont je sens pourquoi ils font cela. Quelques producteurs ne sont là que pour l’argent, et c’est bon aussi. Mais tu regardes l’histoire de Mike et il a commencé à Focus Features à apporter le thé au gens. J’aime les gens comme ça. Il a monté petit à petit et il fait des trucs merveilleux. Lui et (le producteur de Sils Maria) Charles Gilibert sont les foutus gars.

 

Allez-vous plus diriger ?

K.S. Je veux que ça prenne de l’ampleur de ce côté-là. Nous sommes en train de regarder des trucs. Je ferai un film. Mais je veux faire encore une paire de courts métrages. (StewarT a dit qu’elle projetait de diriger un court métrage sur le contrôle des armes). J’aime jouer des rôles, et je ne vois pas vraiment de grande différence. Je peux travailler pour des gens sur un million de sujets différents, mais quand c’est ton truc, il faut que ça sorte naturellement. C’est le cas ici. Le premier jet durait 40 minutes. Je pourrai le monter à 120 minutes comme un rien.

 

Et qui est Josh, le seul acteur de 'Come Swim' ?

K.S. C’est juste mon ami Josh qui n’a littéralement rien fait. Je voulais tellement jouer ça moi-même et m’identifier à lui. Je sens que nous pourrions être reliés, alors c’était un accord parfait. Si ça n’allait pas être moi, alors je suis contente que ça ait été lui.





Source: Team Kristen Site.

Posté par BelliBells à 14:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Interview Personal Shopper: The Washington Post

Nouvelle interview de Kristen & Olivier Assayas pour 'The Washington Post' pour la promo de 'Personal Shopper' ...

 

olivier-assayas-et-kristen-stewart-personal-shopper-carole-bethuel

 

(Merci de créditer le blog si vous postez cette traduction ailleurs)

 

Mais ce serait une erreur d'appeler 'Personal Shopper', une histoire de fantôme au sens littéral, dit Assayas, qui a participé à une interview téléphonique avec son actrice principale pour corriger les désillusions autour de leur nouveau film. En dépit de la présence d'un poltergeist évoquant l'ectoplasme, 'Personal Shopper' est, selon le cinéaste de 62 ans, moins une version d'art-house de 'Ghostbusters' qu'une métaphore de "visibilité et invisibilité".

"C'est une histoire sur quelqu'un qui parvient progressivement à s'entendre, à comprendre son identité, et, éventuellement, sa propre féminité" dit Assayas. "J'utilise les conventions du film de genre parce que c'est la meilleure façon de transmettre la peur intérieure, les angoisses intérieurs et ainsi de suite."

Si le titre est aussi une métaphore, il est particulièrement approprié. Après tout, n'est ce pas la tâche du 'personal shopper' que de canaliser la personnalité - ou du moins les goûts - d'un autre individu? Dans le film, Maureen montre l'oeuvre d'Hilma af Klint, une peintre suédoise qui prétend que ses abstraits pionnières ont été commandées par des êtres du plan astral, ainsi que celui de l'écrivain Victor Hugo, qui croyait pouvoir communiquer avec les esprits de morts célèbres. Ne canalise-t-il pas, d'une certaine façon, ce que fait chaque acteur?

Selon Stewart - qui dit qu'elle n'est pas certaine de croire aux fantômes - la réponse est un oui retentissant.

"Je trouve vraiment vraiment généreux et idiot pour les artistes auto-proclamés de prendre un risque immense pour leur travail, d'une manière auto-célébrant" explique l'actrice de 26 ans, qui en 2015 est devenue la première américaine à remporter le César de la 'meilleure actrice dans un second rôle', pour sa performance dans 'Sils Maria'. "Vraiment, vous êtes le destinataire d'une chose qui passe à travers nous."

Si l'homme ne peut pas juger 'Personal Shopper', il a certainement essayé (bien que les avis ont été, jusqu'à présent, assez partagés). Le public à hué le film après une projection presse du film au Festival de Cannes l'année dernière. Puis, la nuit suivante, pour la première officielle du film au Festival, il a reçu une ovation de cinq minutes.

En tant qu'actrice, Stewart dit, qu'elle prend de tels hauts et bas dans la foulée, et qu'elle compare son meilleur travail de manière à participer à une sorte de réunion - comme la transe. "Il n'y a jamais eu un moment où j'ai fait une scène et regardé dans la pièce et je me suis senti perdue 'Oooh, nous l'avons fait. Nous devrions être si fiers de cela.' Ce que vous faites, c'est que vous regardez autour de vous et que vous pensez. 'Oh mon Dieu, tout le monde l'a-t-il ressenti? Est ce que tout le monde à ressenti la même chose?' Une fois que vous vous rendez-compte de ce que vous avez fait, et que vous avez cette connexion, elle sera toujours sacrée. C'est comme 'Wow, nous sommes si chanceux nous avons été assez ouverts pour laisser passer ce sentiment par nous.'."

Quelle que soit l'avis que Stewart a reçue pour le film - et plus d'une critique ont qualifiées sa performance de fascinante - l'actrice donne toute la gloire non pas à Dieu, mais à Assayas, qui dit qu'il a écrit une partie de Maureen, une âme profondément perdue et troublée, en pensant à Stewart.  "Kristen a un contrôle tellement incroyable de ce qu'elle fait" dit il. "En même temps qu'elle suis une complète liberté. C'est un mélange qui est extrêmement rare."

Stewart décrit la façon dont Assayas réalise  découle moins d'une impulsion pour raconter une histoire préconçue que de l'intérêt de poser des questions ouvertes. "Dans ce cas, dit elle, il y avait le sujet [le fantôme], mais, plus important encore, il y avait des questions vraiment pointues. Mais chaque membres l'équipe - chaque membre du casting, moi inclus et Olivier - nous avons tous eu des réponses différentes à ces questions. Que nos réponses à ses questions soient les mêmes ou pas, n'a pas vraiment d'importance. Elles ont défini le film, mais n'ont pas changé le sujet. Ce que nous avons finalement découvert, c'est que tout était une question de révélation plutôt qu'un accomplissement."

"Pas qu'il n'y ait rien de mal à faire des films où tout est coupé et séché" dit Stewart. Céder le contrôle complet à un réalisateur peut être tout aussi libérateur que de laisser les esprits vous traverser. "J'ai été impliqué dans des films où une histoire préexiste et est un peu finie,  et où vous avez été embauché pour fonctionné comme pas plus qu'un porte-parole pour un réalisateur." dit elle. "Vous sentez que vous n'avez pas le contrôle, et il n'est pas toujours abouti, ironiquement. Parfois, il est vraiment très satisfaisant de frapper quelque chose de vraiment dur pour quelqu'un, et de le faire d'une manière qui est contrôlée par eux."

D'autre part, Stewart dit, elle est venue à réaliser que sa plus grande force réside maintenant dans ce qu'elle a déjà vu comme sa plus grande faiblesse: ce sentiment douloureux de maladresse qui vient d'une personne introverti et "naturellement timide". Et comment l'a-t-elle acquise? Seulement de la manière la plus dure, explique-t-elle: en faisant de mauvais films. "Chaque fois que quelque chose de super était prévue, ou semblait être une excellent idée sur le papier et que rien ne semblait mal aller moi, il a toujours fini par être banal, vide, embarrassant et donc inutile."

"Je suis beaucoup plus à l'aise" dit elle, en étant mal à l'aise.

 

Source: Team Kristen Site.

Posté par BelliBells à 14:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

19 mars 2017

Interview Personal Shopper: New York Times

Nouvelle interview de Kristen pour le 'New York Times' lors de la promo de 'Personal Shopper' ...

 

C6kwFenWwAA-rdI

 

(Merci de créditer le blog si vous postez cette traduction ailleurs)

 

En 2015, Kristen Stewart devient la première actrice américaine à remportée un César, l'équivalent français d'un Oscar, pour un rôle presque perdu dans la translation: Valentine, l'assistante personnelle d'une star de cinéma vieillissante, dans 'Clouds of Sils Maria'.

"De cette manière très française de faire les choses, ils m'ont personnellement envoyé le scénario" a rappelé Stewart. "Et c'était magnifique". Et elle attendu que les choses se fassent, à l'américaine, mais ils ont supposés que son silence signifiait qu'elle n'était pas intéressée, et ont offert le rôle à quelqu'un d'autre.

Mais "les choses se sont réorganisées d'une façon très, très chanceuse" dit-elle. L'autre actrice aillant du abandonner.

Maintenant, dans le spectaculaire 'Personal Shopper', dans les salles de cinéma Vendredi 10 Mars, Miss Stewart joue un rôle qu'Assayas a écrit spécifiquement pour elle. Maureen Cartwright, choisit des vêtements de haute couture pour une célébrité, qui lui donne des chèques en blanc mais qui exige qu'elle n'essaie pas les vêtements.

Mais c'est juste le travail de Maureen. Elle est aussi médium, à la recherche d'un signe venant de son frère jumeau mort récemment - et elle va tout faire - pour sentir qu'il est toujours à ses côtés. A Cannes en Mai, 'Personal Shopper' a été hué lors de la projection presse, mais a ensuite été nominé pour la Palme du 'Meilleur Réalisateur' pour Olivier Assayas.

Dans une interview téléphonique depuis Los Angeles, Miss Stewart, bientôt 27 ans, est chaleureusement loquace, elle a discutée de sa façade intimidante et est revenu  sur son message à l'attention du président Trump dans le 'Satruday Night Live'. Ce sont des extraits édités de la conversation.

 

¤ Que pensez-vous qu'Assays voulait pour Maureen?

Initialement, je pensais que c'était parce que nous avons une capacité de communiquer sans dire un mot. Mais il a dit qu'il avait besoin d'elle pour être quelqu'un qui était assez éloigné et quelque peu androgyne mais qui avait aussi cette vulnérabilité qui est ouvertement sexualisé. Il y a une vraie dualité dans cette fille. C'est une jumelle. Elle est la moitié d'une personne. Elle essaie de compenser cette perte et de déterminer qui elle est au fond d'elle, et aussi dans cet environnement très étrange et superficiel, qu'est le monde de la mode l'attire mais la rebute en même temps.

 

¤ La réaction mitigée que le film à reçu à Cannes vous-a-t-elle dérangée.

C'est un film qui sème la discorde. Ce n'est pas facile à décrire. Il n'est pas vraiment facile de décrire même ma propre expérience avec elle parfois - et cela ne me dérange pas. Ce n'est pas que je m'en fou. C'est juste que ça ne me dérange pas de faire partie de quelque chose qui peut-être controversée.

 

¤ Pourquoi pensez-vous que les gens vous trouve intimidante?

Oh mec, je ne sais pas. J'ai vu d'autres personnes ne pas être bien perçues ou exaspérer les gens pour de mauvaise raisons,alors qu'en fait ils sont juste timides, et ils essaient d'être forts. Je pense que quand j'étais plus jeune, j'étais, directement, juste prudente - et peut-être que cela est apparu comme si je m'en fichais. Mais, c'était vraiment tout le contraire.

 

¤ Olivier Assayas est l'un de ceux qui vous ont appellé 'la meilleure actrice de votre génération'. Comment prenez-vous ces compliments?

Ce n'est pas quelque chose qui pourrait me pousser ou me tirer dans n'importe quelle direction. J'aime vraiment ce que je fais. Je continuerais à faire le travail même si les critiques ne l'aiment pas.

 

¤ En 2012, Donald J. Trump a tweeté sur votre relation avec Robert Pattinson. Vous l'avez pris à parti dans votre monologue lors de votre passage au 'SNL', que vous avez terminé en disant: "Je suis, si gay, mec" - ce que certains ont qualifié comme étant votre première déclaration publique sur votre sexualité.

Je suis vraiment ouverte à ce sujet depuis longtemps. Mais je détestais l'idée que les détails de ma vie soient transformés en une marchandise, donc j'étais renfermée sur moi-même, le mode de protection totale. En fin de compte, il est devenu vraiment clair pour moi que dès que vous commencez à cachez le fait que vous sortez avec une femme, les choses semblent plus différentes que quand vous sortez avec un homme. Parce que dans la situation où j'avais un petit ami, je me protégeais juste. Et dans la situation où j'avais une petite-amie, il semblait qu'il y avait cette implication de honte ou quelque chose d'autres dont je n'étais pas d'accord. Et donc, je me suis un peu ouverte - à mon grand regret pour être honnête parce que je suis encore totalement en désaccord avec la façon dont ces détails sur publiés dans le médias et vendus comme du pop-corn. Mais oui, j'ai juste pensé que c'était assez important. En passant, ces termes - gay, queer, straight - ils sont si noirs et blanc, je ne suis même pas vraiment d'accord avec eux. Ce n'était qu'une façon simpliste de dire: "Je sais que vous êtes en désaccord avec quelque chose que vous ne comprenez pas."

 

¤ A-t-il répondu?

Non, il ne l'a pas fait. Ce qui est un peu cool. [rires]

 

Source: Team Kristen Site.

Posté par BelliBells à 15:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Scans Magazine - UK

Scans du magazine anglais 'Metro' ...

 

C7CjURHWYAQius_

C7CjURHWwAA5gVO

 

Source: LaSagaRobsten.

Posté par BelliBells à 15:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mars 2017

Avant-première de 'Personal Shopper' à New York

Retrouvez ici toutes les interviews de Kristen lors de l'avant-première de 'Personal Shopper' le 9 Mars à New York ...

 

N-News

 

Associated Press

 

ET Canada

 

E! News

 

Extra TV

 

 

Source: Team Kristen Site.

Posté par BelliBells à 20:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Scans Magazine - France

Scans du magazine français 'Madame Le Figaro' ...

 

imagebam.comimagebam.com

imagebam.com

 

Source: LaSagaRobsten.

Posté par BelliBells à 20:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Chanel: Ombre Première Collection

Premières photos de Kristen pour la nouvelle campagne de pub pour 'Ombre Première Collection'. Il s'agit d'une nouvelle collection de maquillage signé Chanel ...

 

imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com

 

 

Source: Team Kristen Site. & LaSagaRobsten.

Posté par BelliBells à 20:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

17 mars 2017

Interview Personal Shopper: Variety

Interview de Kristen & Olivier Assayas pour 'Variety' lors de l'avant-première de 'Personal Shopper' à New York ...

 

C6mBpDgWcAALisT

 

(Merci de créditer le blog si vous postez cette traduction ailleurs)

 

Donnez ou prenez un 'Blanche-Neige et le Chasseur' ou autres, Kristen Stewart a pris en grande partie ses décisions à contre-courant depuis ses obligations avec la franchise 'Twilight' il y a cinq ans. Mais lors d'une projection spéciale de son nouveau film, 'Personal Shopper', présenté par Ruffino, Air France & UniFrance jeudi soir au Metrograph de New York, Stewart a insisté sur le fait qu'elle n'as pas volontairement choisi cette orientation.

"C'est une coincidence. Il n'y a jamais de plan stratégique pour faire des choses plus petites pour compenser les plus grands. Mais les grands rendent les petites choses possibles." a-t-elle dit, notant que dans quelques semaines, elle commencera la production d'un film catastrophe à grand budget ' Underwater'.

Elle continue en disant "Mais je ne me sens jamais comme si il y avait un échange. Je n'ai jamais fait de plus gros projets parce que  je pense qu'ils doivent en valoir la peine, qu'ils signifient quelque chose et me touchent."

'Personal Shopper' est son deuxième film avec le réalisateur français Olivier Assayas. Stewart a remportée l'une des plus belles récompense de sa carrière avec son rôle dans le film du réalisateur 'Clouds of Sils Maria' en 2014, donc c'était facile de travailler à nouveau avec lui, comme elle le dit ils ont un rapport intuitif.

"Nous sommes très semblables dans la façon dont nous voulons nous lancer dans quelque chose de mystérieux plutôt que dans les idées actuelles." dit elle. "Il ouvre l'environnement d'une manière qui est si libératrice. Vous faites quelque chose de nouveau, tout le temps, et c'est vraiment excitant pour moi."

Alors que 'Sils Maria' avait plus un ton "satirique, avec des éléments ironiques qui le rendait plus léger", ce film particulier, par comparaison, est "super français, humain. C'est un film de crise existentielle." a expliqué Stewart.

'Personal Shopper' suit l'histoire d'une femme qui essaie de se connecter avec l'esprit de son frère jumeau récemment décédé. Il y a des éléments psychologiques d'horreur qui rappellent le thriller acclamé d'Assayas 'Demonlover'. Et bien que le film puisse embrouiller ceux qui l'ont découvert en 2008, avec 'Summer Hours', qui parle également d'une famille décédée, Assayas affirme que le film était attendu depuis longtemps.

"J'ai l'impression que la plupart de mes films, d'une manière ou d'autres autres, ont été sur des fantômes, y compris 'Summer Hours'. Il y a toujours la présence de présence de quelqu'un qui est parti." dit il. "Dans ce film, j'ai pensé que j'avais besoin de faire un pas en avant, et de traiter le genre d'horreur et traiter avec le monde où il y a une sorte de communication avec le physique et l'invisible."

 

Source: Team Kristen Site.

Posté par BelliBells à 10:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Interview Personal Shopper: WWD

Interview de Kristen pour 'WWD' lors de l'avant-première de 'Personal Shopper'  à New York...

rexfeatures_8500544i

 

(Merci de créditer le blog si vous postez cette traduction ailleurs)

 

Kristen Stewart joue une personal shoppeuse dans son dernier film, mais elle est rapide pour appeler l'industrie de la mode. Stewart a assistée à la projection de 'Personal Shopper' organisée par Ruffino, Air France & UniFrance au Metrograph jeudi, où elle a partagé ses pensées sur le monde de la mode.

Dans le film, Stewart joue Maureen Cartwright, une personal shoppeuse qui a récemment perdue son frère. "Elle admire la beauté, l'esthétique et aime absolument la mode, et elle est aussi au beau milieu du processus de deuil qui fait que toutes ces choses qu'elle aime habituellement sans en avoir honte, deviennent banale et ridicule". dit Stewart sur son personnage.

"Il y a des moments où je l'ai aussi ressentie" continua-t-elle. "C'est, comme, 'Mon Dieu, peu importe ce que je porte.Il y a d'autres choses qui se passent dans le monde'. Je veux dire, l'industrie de la mode est bizarre. C'est assez exclusif et étrange. Je pense que cela ne fait que souligner toutes les questions qu'elle a eues sur l'existence."

Bien qu'elle puisse trouver l'industrie parfois étrange, Stewart semble en profiter la plupart de temps - comme dans son rôle d'ambassadrice de Chanel. Elle a portée une robe Chanel à la projection et donnée son avis sur la dernière collection de Karl Lagerfeld sur le thème de l'espace.

"Je l'ai aimée" dit elle du spectacle de Chanel de Lagerfeld. "J'aurai aimée y être. Honnêtement, les photos qui auraient été prises de moi en regardant ce défilé aurai été un mélange de rire hystérique et de crainte en même temps. C'était beau."

'Personal Shopper' a réuni Stewart et le réalisateur Olivier Assayas, qu'elle tient en haute estime. "A ce jour, je n'ai jamais travaillée avec quelqu'un d'une façon aussi frappante et toujours inattendue, mystérieuse." a déclaré Stewart sur Assayas. "Je ressens une immense confiance, mais en même temps, nous ne faisons jamais quelque chose que puissions identifier ou mettre en évidence. Comment faites-vous confiance à quelque chose d'aussi ambigu? Je viens de le faire. Il me pousse et je le pousse, je sens que nous nous donnons beaucoup l'un à l'autre."

 

Source: Team Kristen Site.

Posté par BelliBells à 10:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

16 mars 2017

Projet pour l'anniversaire de Kristen ...

Depuis quelques années à l'approche de l'anniversaire de Kristen, les fans se mobilisent pour soutenir une cause qui lui tient à coeur. Une collecte de fond est organisée, jusqu'à son anniversaire le 9 Avril, puis la cagnotte est reversée à l'association choisie au préalable par les fans. 

 

static1

 

 

Cette année, les votes sont massivement allés en faveur du 'Planned Parenthood', il s'agit du planning familiale américain. Et c'est pour tenter de le  sauver que Kristen avait manifestée en Janvier dernier à Sundance, puisque le système 'Planned Parenthood' est dans le colimateur des nouveaux dirigeants américains ...

 

landscape-1485182500-kstewplannedparenthood

 

Et pourtant le 'Planned Parenthood' est loin d'être inactf. Il fournit pour moins 400.000 test de PAP et aide au financement de plus de 500.000 mamographie à l'echelle nationale chaque année. Il fournit des soins de santé sur l'éducation sexuelle, et informe près de 5 180 000 de personnes dans le monde chaque année. Il à 59 antennes locales indépendantes qui aide près de 700 centres de santé aux Etats-Unis en fournissant des services de hauté qualité pour les gens plus plus nécessiteux. Il est vient en aide aux personnes qui ont des difficultés à acceder aux soins etc etc etc 

 

Pour faire un don, voici le lien: ICI 

Les donations sont possibles jusqu'au 10 Avril, et pour le moment sur 10 000 $ - 1665 ont déjà été récoltés.

Posté par BelliBells à 18:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Certain Women: Chiffres du Box-Office

Retrouvez ici tous les chiffres du box-office de 'Certain Women', en France, aux Etats-Unis et dans le monde ...

 

540809

 

Recettes aux Etats-Unis: 1 037 787$

Recettes dans le monde: A venir

Entrées en France: 23 620 entrées.

 

Source: JP Box-Office.

Posté par BelliBells à 18:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Apparence 2017: Avant-première de 'Personal Shopper' à New York

Apparence 2017

 

Avant-première de 'Personal Shopper' à New York - 9 Mars

 

KSBR18-16

 

HQ

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com

 imagebam.com imagebam.com  imagebam.com

imagebam.com imagebam.com  imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com


 

After-Party

 imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

imagebam.com imagebam.com

 

 

Source: Team Kristen Site.

Posté par BelliBells à 18:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :